Bonsoir, nous sommes le 18/05/2024 et il est 22 h 15.


Notre sujet de recherche porte sur communication interne d’une entreprise commerciale. Cas de la Bracongo. Les problèmes de communication s’imposent et sont des facteurs indispensables dans la vie d’une entreprise ou d’une organisation. Chaque institution ne survit que grâce à un échange régulier et harmonieux des messages entre ses membres et ses partenaires externes.


La communication permet également aux membres de se situer dans l’entreprise et surtout de modifier leur comportement conformément à la réalité souhaitée. Cette communication ne se limite pas à l’information mais plutôt à un ensemble des principes, des actions et des pratiques visant à animer la vie de l’organisation ou de l’entreprise.



Dans une entreprise, la communication se révèle comme un élément indispensable pour sa survie et son évolution. Elle est également au centre de toute activité humaine, du fait que tout ce que l’homme entreprend au sein d’une société est lié à la communication.



Aucun système humain, soit technique, ne peut se développer ou exister sans la communication. Celle-ci est très souvent vue comme le sommet de tous les maux et le remède à tout problème dans l’univers de l’entreprise en général.



La communication de l’entreprise renferme tout acte plus ou moins organisationnel. Elle est considérée comme une ressource fondamentale de l’entreprise si l’on juge la communication comme étant la production des informations et leur diffusion.



La communication interne d’une entreprise est un ensemble des techniques et stratégies mises en place dans des organisations dans l’intention de gérer les échanges, les interactions de manière à maintenir la cohésion harmonieuse de son public interne.

Il en est de même pour la Bracongo, celle-ci utilise la communication interne dans le but de maintenir son public en interne. Ainsi, une question se pose. Quel est le rôle de la communication au sein de la Bracongo ?



Quelques études antérieures consacrées à cette problématique de la communication interne d’une entreprise ont retenu notre attention. C’est le cas de l’étude réalisée par Princylia Kisimba Matondo portant sur « la communication interne de la Rawbank ». La problématique de l’auteur tournait autour de la manière dont Rawbank pratique la communication interne, et de différentes actions qui entrent en jeu pour maintenir un climat favorable au déroulement du travail en son sein. Elle démontre que toute entreprise soucieuse d’établir et de maintenir en son sein un climat favorable pour le travail, mène des actions de communication interne dans le cadre d’une stratégie bien définie et fondée sur les bonnes relations au travail au sein de l’entreprise.



La deuxième étude est celle de Stella Abaya Kombe portant sur « la communication interne de la Fondation M’zee Laurent Désiré Kabila (LDK) ». La problématique de l’auteur était centrée sur les moyens de communication que la Fondation M’zee Laurent Désiré Kabila utilise pour son public interne. Dans ses recherches, Stella Abaya démontre que la Fondation M’zee LDK utilise les moyens fédérateurs supplémentaires qui assurent l’efficacité de sa communication interne.





En ce qui concerne, le problème spécifique de notre recherche est que l’on ignore totalement les pratiques de communication interne développées par une entreprise en proie à une forte concurrence, vis-à-vis de son personnel. Ainsi, notre question spécifique de recherche est formulée en ces termes: comment une entreprise en situation de concurrence accrue, s’emploie-t-elle à renforcer le sentiment d’appartenance à une même société?


CHAPITRE II-PRESENTATION DE LA SOCIETE BRASSERIE DU CONGO

Bracongo est une filiale du Groupe Castel dont le fondateur est Monsieur Pierre Castel. Bracongo est une entreprise brassicole établie à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

Elle fut implantée au Congo en 1949 sous l'initiative du général Alfred du Pont. Elle occupe une place de choix dans les activités industrielles et commerciales en République Démocratique du Congo.



La Commune de Ngaliema est située entre la latitude 5° et 10° au Sud, son altitude est de 530m et la longitude 18° et 16° à l’Est, sa superficie est de 224Km.



Les premières installations furent inaugurées en décembre 1951 à Kisangani, sous la direction du général Alfred Lefranc avec un capital de 70 millions de Fran Belge. Aussi, son dynamisme a favorisé successivement la création de :

Les premières installations furent inaugurées en décembre 1951 à Kisangani, sous la direction du général Alfred Lefranc avec un capital de 70 millions de Fran Belge. Aussi, son dynamisme a favorisé successivement la création de :



- La Brasserie du Kasaï à Luluabourg, actuellement Kananga, inaugurée en juillet 1953, avec un capital de 90 millions de F.B. ; - La Brasserie du Bas Congo à Léopoldville, actuellement Kinshasa, inaugurée en juillet 1954, avec un capital de 130 millions de F.B. - La Brasserie de Paulis, actuellement Isiro, inaugurée en décembre 1957, avec un capital de 100 millions de F.B.



A l'origine, ces brasseries ont fonctionné de façons autonomes comme quatre sociétés totalement séparées. Le 14 octobre 1959, monsieur Michel Relecom succède à la présidence des quatre sociétés, quelques mois après le décès du général Lefranc, les quatre Brasseries indépendantes sont fusionnées sous la dénomination de `'Union des Brasseries'', en sigle "Unibra".



Ainsi, le 5 décembre 1961, est constituée la société congolaise par actions à responsabilité limitée `'Unibra-Congo''. Elle a été immatriculée le 14 décembre 1961 au Registre du commerce, au Greffe du tribunal de première instance de Léopoldville. Ses statuts sociaux ont été publiés au Moniteur congolais numéro 32, dixième partie, en 1962.



L'avoir social de la nouvelle société est de 680 millions de francs belges. Suite au changement du nom du pays, la République Démocratique du Congo étant devenue depuis le 27 octobre 1971 la république du Zaïre, l'Assemblée générale extraordinaire du 20 novembre 1971 a par adaptation des statuts de la société, modifié la raison sociale en remplaçant Unibra-Congo en Unibra S.a.r.l.

Le capital social a connu de nombreuses augmentations successives exprimées en monnaie nationale. Le 1er janvier 1975, suite aux décisions prises par le gouvernement de `' Zairianiser'' et radicaliser respectivement le petit commerce appartenant aux étrangers et de grandes entreprises, l'Etat nomma un Délégué général à la tête de la société pour en assurer la responsabilité de la gestion.



En janvier 1976, une première mesure de rétrocession restituait 40% des parts sociales aux anciens propriétaires et leur permettait de désigner eux-mêmes la personne chargée de gérer la société.



En septembre de la même année, une seconde mesure de rétrocession rétablissait la répartition du capital dans les firmes qui existaient avant la radicalisation.



En décembre 1984, sous réserve d'autorisation du chef de l'état de l'époque, le capital de la société a été porté de 94.600.000 Zaïre à 18.099,530 zaïre par l'émission de 141.960 actions nouvelles sans désignation de valeur nominales avec une prime d'émission de 17.962517 zaïre. A la suite de cette augmentation de capital fut représenté dès lors 3.251.590 actions.

La mort inopinée, qui survint le 6 décembre 1994 au président Michel Relecom à son bureau de travail à Bruxelles, provoqua quatorze mois après un bouleversement total dans l'actionnariat de la société .



Suite à la reforme monétaire d'octobre 1995, une nouvelle Unité monétaire (Nouveau Zaïre) fut crée, le capital est passé de 118.099.530 Zaïre à 39.136.856 NZ



En effet, en février 1996, le Groupe des Brasseries et Glaceries Internationales en abrégé ''B.G.I'', dirigé par Monsieur Pierre Castel, acheta à travers certaines de ses filiales les totalités des actions de l'Unibra S.a .

Le 14 févier 1996, une Assemblée Générale Extraordinaire des actionnaires prit acte de la démission des administrateurs représentant l'ancien actionnariat et procéda à la nomination de nouveaux administrateurs représentant le nouvel actionnariat.



Une autre Assemblée Générale Extraordinaire se tint le 24 mai 1996 et prit diverses résolutions notamment : la fusion des sociétés S.B.K avec Unibra par voie d'absorption de la société S.B.K par la société Unibra. Elle décida que la fusion par absorption de la société S.B.K par la société Unibra sera définitive et prendra effet après l'autorisation accordé par le chef de l'état sur les diverses modifications faisant l'objet de la présente Assemblée Générale Extraordinaire, la société des Brasserie de Kinshasa (S.B.K) étant de ce seul fait liquidée ;



L’assemblée décida aussi de modifier l'actuelle dénomination sociale « Union des Braseries » abrégé Unibra en Union nouvelle Brasserie du Zaïre » en abrégé Unobra.



Deux événements marquèrent encore l'histoire de notre site d’investigation au cours de l'année 1996 ; Tout d'abord, le 25 mai 1996 le président Pierre Castel inaugurera en Mbuji-Mayi, en présence de madame Michel Relecom, une nouvelle Brasserie érigée sur le site Lukelenge, Brasserie dont les travaux de construction avaient débuté du vivant et sous mandat de monsieur Relecom et achevée sous la président de monsieur Castel.

En suite le 30 mai 1996 intervint la fermeture de la Brasserie de Kisangani justifiée par la disparition d'un marché porteur. UNIBRA S.A.R.L. céda à la Bralima S.A.R.L., pour le prix symbolique d'un nouveau Zaïre (1 NZR) les installations de l'usine et la clientèle Skol tandis que le Bralima S.A.R.L. accepta de reprendre à son service la totalité du personnel de l’Unibra.

Le 17 mai 1997, un changement politique intervient au pays marqué par la chute du régime du Maréchal Mobutu et la prise du pouvoir du président Laurent Désire Kabila. Le pays changea à nouveau le nom et redevient pour la seconde République Démocratique du Congo.



Pour adapter la dénomination de la société à cette nouvelle situation, une Assemble Générale extraordinaire des actionnaires se tint le 30 mai 1997 et prit la résolution de substitue, sous réserve de l'autorisation présidentielle, raison sociale celle de « Brasseries du Congo » en en abrégé « Bracongo ».

Aujourd’hui, la BRACONGO est une filiale du groupe « Boissons et Glacières Internationales », premier négociant de vins en Europe et deuxième au monde. Bien qu’ayant embrassé l’activité brassicole il y a de cela une trentaine d’années, il avance à pas de géant et compte, rien qu’en Afrique une soixantaine de brasseries et limonaderies installées dans plusieurs pays africains, dont : Algérie, Maroc, Tunisie, Sénégal, Mali, Erythrée, Ethiopie, Burkina Faso, Niger, Gambie, Togo, Gabon, Bénin, Tchad, Angola, Cameroun, etc.

La Bracongo est une société par action à responsabilité limitée, située sur l'avenue des Brasseries n°7666 dans la commune de Limeté quartier Kingabwa, à Kinshasa.

Télécharger le travail