Bonsoir, nous sommes le 17/04/2021 et il est 22 h 33.

UNIVERSITE DE KISANGANI

 

 

 

B.P 2012

KISANGANI

 

FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

 

 

 

 

 partement des Sciences  de l’Information et de la  Communication

 

 

 

ROLE DE LA COMMUNICATION DANS LA PARTICIPATION ACTIVE DES POPULATIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA COLLECTIVITE-SECTEUR DES WALENDU

PITSI

 

 

 

 

 

Jean-Marie LONDJIRINGA Longbe

 

G3 S.I.C.

 

 

 

 

TRAVAIL DE FIN DE CYCLE

Présenté et défendu en vue de l’obtention du grade de gradué en Sciences de lInformation et de la Communication.

Directeur : Pr. Bernard LUPUNDE Asemo

Encadreur : Dr. Innocent LOSA Lovikpa

 

 

 

ANNEE ACADEMIQUE : 2015-2016

 

DEUXIEME SESSION


I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DEDICACE

 

 

 

 

 

 

A notre père Emile LONGBE Tchabi,

 

A notre mère Hedwige NDJEDHASI Lirimapa.


II

 

REMERCIEMENTS

 

 

En préambule de ce travail, nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères aux personnes qui nous ont apporté leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de cette œuvre ainsi qu’à la réussite de cette formidable année académique.

 

En effet, nous remercions d’abord le Dieu Tout-Puissant, pour le

 

souffle de vie qu’il ne cesse de nous offrir jusqu’à ce moment précis.

 

 

Nos sincères remerciements s’adressent au Professeur Bernard LUPUNDE Asemo et au Docteur Innocent LOSA Lovikpa, respectivement directeur et  encadreur  de  ce  travail qui,  malgré  leurs  multiples occupations,  se  sont montrés très disponibles tout au long de la réalisation de ce travail.

 

Nous  exprimons  notre  profonde  gratitude aux  autorités  de l’Université de Kisangani, en général, et à celles de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, en particulier, pour nous avoir donné, à travers leurs enseignements et conseils, la chance d’être ce que nous devenons aujourd’hui.

 

Nos sincères remerciements s’adressent à nos père et mère, Emile LONGBE Tchabi et Hedwige NDJEDHASI Lirimapa, pour leur soutien incontestable, aussi bien du point de vue matériel que spirituel.

 

Nous remercions le Père Georges KABULI et Augustin UCIRCAN pour leur bonne volonté de vouloir nous aider, d’une manière ou d’une autre  dans la réalisation de cette œuvre. Nous n’oublions pas, ici, Neema DRAKANGBA pour tous ses bienfaits à notre égard.

 

Nous   serions   ingrat   si   nous   n’adressions   pas   un   mot   de remerciement à nos frères et sœurs qui nous ont soutenu afin que ce travail soit réalisé. Nous citons, entre autres, BEDHA Lonzaï, Juliette NDJIVE, LOMBUMA Longbe,  PINZAI  Dusi,  LOKANA  Longbe,  LONGUMADJO  Longbe,  LIRIMAPA Lots’si, MANE Ndjedhasi, NGABUSI Ndjedhasi, LOTSOVE Dzdda, etc.

 

Notre sincère gratitude s’adresse aux familles de Monsieur Dhena Katikati et Madame Wivine et de Monsieur Lombuni Gokpa et Madame Ndjive Busi, pour leur soutien tant moral que financier.


 

Nous remercions tous les étudiants Bale à Kisangani, entre autres, Caroline  NGADJA,  Serge  DRAMANI,  Richard  NGABU,  Jean  de  Dieu MAMBURIGO, Augustin LOMANI, Ghislain NGABU, Joseph LOGO, Emery CEMANDJI, Myriam  LOSA,  Pierrette  LOSA,  Diane  WINGI,  Jérémie  ARIMARI, Sylvie DZ’NA, NGABU Ndjalonga, Jean LOSA, pour leur soutien et leur collaboration.

 

Que tous nos amis et camarades de lutte ne se sentent pas oubliés, en l’occurrence Emmanuel MOTATA, David BUTAKA, Guylain BAELONGANDI, Denis LIBETE, Judith SOKI, Francine KASEMIRE, Gaël LUKUSA, Albert BWATO, André MUTELEMBE et Divine KIRONGOZI.

 

Que tous nos neveux et nièces, cousins et cousines, tantes et oncles et tous ceux qui, de près ou de loin, ont apporté leur pierre à l’édifice de ce travail trouvent, ici, l’expression de nos sentiments les plus distingués.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marie LONDJIRINGA Longbe


DEDICACE.......................................................................................................................................................I REMERCIEMENTS .......................................................................................................................................II TABLE DES MATIERES............................................................................................................................ IV INTRODUCTION............................................................................................................................................1

0.1.   OBJET DETUDE ..........................................................................................................................1

 

0.2.   ETAT DE LA QUESTION.............................................................................................................1

 

0.3.   PROBLEMATIQUE........................................................................................................................4

 

0.4.   HYPOTHESES ................................................................................................................................5

 

0.5.   OBJECTIFS DU TRAVAIL ..........................................................................................................5

 

0.6.   INTERET DU TRAVAIL ................................................................................................................6

 

0.7.   METHODES ET TECHNIQUES ................................................................................................6

 

0.8.   DELIMITATION DU TRAVAIL....................................................................................................7

 

0.9.   SUBDIVISION DU TRAVAIL ......................................................................................................7

 

0.10.    DIFFICULTES RENCONTREES............................................................................................7

 

PREMIER CHAPITRE : GENERALITES..................................................................................................8

 

SECTION 1 : CADRES CONCEPTUEL ET THEORIQUE ..............................................................8

 

I.1.1. Cadre conceptuel.......................................................................................................................8

 

I.1.2. Cadre théorique .......................................................................................................................11

 

SECTION 2 : PRESENTATION DE LA COLLECTIVITE-SECTEUR DES WALENDU PITSI

......................................................................................................................................................................11

 

I.2.1. Situation géographique .........................................................................................................11

 

I.2.2. Situation historique................................................................................................................13

 

I.2.3. Situation économique ............................................................................................................14

 

I.2.4. Situation politico-administrative........................................................................................16

 

Conclusion partielle ...................................................................................................................................18

 

DEUXIEME CHAPITRE : COMMUNICATION ET PARTICIPATION DES POPULATIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE...........................................................................................31

 

Section 1. GENERALITES SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ........................................31

 

II.1.1. Définition ..................................................................................................................................31

 

II.1.2. Aperçu historique sur le développement durable .......................................................32

 

II.1.3. Les piliers du développement durable ............................................................................33

 

SECTION 2 : COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ........................34

 

II.2.1. Gouvernance locale et développement local..................................................................36

 

SECTION 3 : PARTICIPATION DE LA POPULATION AU DEVELOPPEMENT......................40

 

II.3.1. Généralités ...............................................................................................................................40


II.3.2. Participation des populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi au développement.....................................................................................................................................41

 

Conclusion partielle ...................................................................................................................................42

 

TROISIEME CHAPITRE : PRESENTATION DES DONNEES, ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS...................................................................................................43

 

SECTION 1 : PROTOCOLE METHODOLOGIQUE ........................................................................43

 

1.   Population détude .....................................................................................................................43

 

2.   Echantillon détude ....................................................................................................................43

 

SECTION 2. CHOIX DE L’INSTRUMENT DENQUETE...............................................................45

 

2.1. Administration du questionnaire..........................................................................................45

 

2.2. Dépouillement des réponses de nos enquêtés..................................................................46

 

SECTION 3. PRESENTATION DES DONNEES, ANALYSE ET DISCUSSIONS DES RESULTATS..............................................................................................................................................46

 

Conclusion partielle ...................................................................................................................................48

 

CONCLUSION GENERALE ......................................................................................................................37

 

BIBLIOGRAPHIE .........................................................................................................................................39


INTRODUCTION

 

 

0.1. OBJET D’ETUDE

 

 

Le présent travail que nous réalisons dans le but de mettre fin à notre

 

cycle de graduat en Sciences de lInformation et de la Communication s’intitule :

 

« Rôle de la communication dans la participation active des populations pour le développement durable de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi ». Ce thème se justifie par le fait que la Province de l’Ituri, en général, et le Secteur des Walendu Pitsi, en particulier, ont une population relativement jeune et des potentialités énormes qui peuvent concourir à leur développement socio- économique. Avec le mécanisme du développement participatif et surtout de décentralisation qu’a connu notre pays, nous pensons bien qu’il peut y avoir des solutions à certains problèmes liés à l’inégalité et au développement de cette Collectivité-Secteur.

 

0.2. ETAT DE LA QUESTION

 

 

Il s’agit, ici, d’une étude approfondie des travaux antérieurs sur un thème de recherche similaire pour poser une problématique nouvelle et dégager un objet d’étude nouveau. L’état de la question est donc cette synthèse critique des écrits existants permettant au chercheur de tracer une ligne de démarcation entre les études antérieures et sa propre étude.

 

Ceci étant, de nos jours, plusieurs études ont déjà été menées et plusieurs conférences déjà tenues en ce qui concerne la communication et la participation pour le veloppement durable. Il s’agit, entre autres, des études ci- après :

 

Thierry LIBAERT1 , dans « Communication et environnement », part du constat le moins troublant pour les observateurs de la communication environnementale. Au lieu d’accroître la crédibilité des organisations, la communication pour le développement durable engendrerait doute, scepticisme, voire une franche suspicion de la part de différents publics visés. L’auteur revendique, ici, une thèse particulièrement forte : « Le développement durable est

une invention de la communication. » Il propose, cependant, de s’écarter de la

 

 

1 LIBAERT, T., Communication et environnement. Le pacte impossible, Paris, PUF, coll. Développement durable et innovation institutionnelle, 2010, p.180.


 

question « comment mieux communiquer sur le développement durable » pour se centrer sur le fait que l’intégration du thème « développement durable » pourrait conduire à repenser l’ensemble du processus communicationnel.

 

Ainsi, la notion du développement durable évoquée par LIBAERT participe au ré-enchantement de notre monde. Sa thèse laisse place à l’esquisse d’une théorie ambitieuse dans laquelle la notion du développement durable correspondrait à la fois au résultat d’une invention produite par la communication, mais aussi à un processus de transformation de la communication au sens large.

 

Michel OLOU 2 , dans son mémoire de fin de quatrième année de Jeunesse Animation en 2001, intitulé « Contribution à la mise en œuvre de la décentralisation pour  un  développement  humain  durable  au  Bénin :  cas  de Savè »,    évalué   le   niveau   de   sensibilisation   des   populations   sur   la décentralisation dans cette Commune. Il a contribué à la détermination des tendances  lourdes  susceptibles  de bloquer  la  mise  en  œuvre  de la décentralisation dans cette Commune.

 

Les  résultats  de  ses  travaux  ont  permis  de  constater  que  les difficultés relatives à la mise en œuvre de la décentralisation sont de deux ordres. Il  s’agit,  d’abord,  d’une  « fausse  adhésion »  des  populations  locales.  Ces populations manifestent, en effet, des aspirations qui ne sont pas toujours compatibles avec la volonté des dirigeants. Tout se passe comme si la décentralisation n’était que l’affaire des cadres, des intellectuels et des partis politiques. L’auteur souligne que cela témoigne de l’inadéquation des moyens de communication et des canaux de sensibilisation utilisés.

 

La seconde insuffisance révélée par l’auteur est le refus d’acceptation des taxes qui n’est qu’une conséquence directe de la première. En effet, les populations refusent d’accepter les taxes en raison de leur mentalité. Elles attendent tout, soit de l’extérieur, soit de l’Etat. Ceci relève de l’insuffisance de

sensibilisation ou du fait que cette sensibilisation est mal effectuée. Pour accepter

 

 

 

2OLOU, M., Contribution à la mise en œuvre de la décentralisation pour un développement humain durable au nin : cas de la Commune de Savé, mémoire, Université d’Abomey-Calayi (UAC), Sciences et Techniques de l’Action Sociale et Culturelle-Master en Développement Communautaire (2001). Disponible sur www.memoireonline.com. Consulté le 31/12/2015 à 7h20.


 

de payer les taxes, les populations ont besoin de comprendre et de raisonner en termes de contributions au développement.

 

John MONYO3, dans la Neuvième table ronde des Nations Unies sur la communication pour le développement, tenue en 2004, a souligné que  «  La communication pour le développement est au cœur d’un défi majeur, celui d’associer les populations pauvres aux processus de prise des décisions qui influent sur leurs vies. Quand elle atteint ses objectifs, la communication pour le développement est un outil puissant qui contribue à la réduction de la pauvreté et de la faim tout en encourageant des processus démocratiques et des changements sociaux dans de nombreux pays, particulièrement dans les secteurs de l’agriculture et du développement rural ».

 

John MONYO, tout comme les autres acteurs du développement, voit donc la communication comme un outil nécessaire au processus du développement. Aujourd’hui, le développement d’un pays ne se conçoit pas sans la mise en place d’une politique de communication au niveau tant national que local.

 

La FAO4 , dans un document intitulé « La communication pour un développement à dimension humaine », se propose de développer le concept de communication pour le développement, et surtout de montrer comment les méthodes et techniques de communication peuvent servir les objectifs de développement et quelles dispositions doivent être adoptées par les décideurs et les planificateurs pour que la communication joue pleinement son rôle. Ceci permettrait aux populations d’être suffisamment sûres d’elles-mêmes pour mener à   terme   de   nouveaux   projets,   d’avoir   accès   aux   nouveaux   savoirs   et connaissances que requièrent ces projets et de surmonter l’obstacle de l’analphabétisme.

 

La FAO a montré que le rôle de la communication est décisif pour promouvoir un développement qui prenne en compte la dimension humaine dans

le  climat  de  changement  social  qui  caractérise  la  période  actuelle.  Elle  fait

 

3 MONYO, J., Neuvième table ronde des Nations Unies sur la communication pour le veloppement (en ligne), septembre 2004,  Rome,  Italie,  disponible sur  http// :  www.fao.org/sd/dim_kn1_040701 a4_en  htm (consulté le 12/12/2015 à 15h23)

4 FAO, La communication pour un veloppement à dimension humaine, disponible sur www.fao.org/ (Consulté le

12/12/2015 à 15h32)


 

remarquer que la communication a un rôle central à jouer dans ce domaine, mais que son potentiel est encore souvent sous-utilisé, malgré les dénominateurs communs importants qui existent entre populations et communication. Elle suggère donc la planification et la mise en œuvre de véritables programmes de communication au service du développement.

 

Notre travail se démarque de ceux de nos prédécesseurs par le fait que nous proposons d’étudier le rôle de la communication dans la participation dans la participation active des populations pour le développement durable de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi.

 

0.3. PROBLEMATIQUE

 

La problématique est une définition du champ des connaissances théoriques dans lesquelles on pose le problème, suivi de la mise en œuvre d’une série de questions qui débouchent directement ou indirectement sur les hypothèses.5 Autrement dit, la problématique est une partie   fondamentale de l’introduction qui pousse le chercheur à se poser des questions sur l’objet de son étude.

 

Le développement local nécessite la prise en compte des réalités locales et une participation des populations concernées à la réalisation  de leurs propres aspirations. Pour ce faire, une planification participative exigeant une forte implication des populations est impérative afin d’atteindre une plus grande efficacité et un renforcement de pouvoirs des collectivités locales. Par ailleurs, la réussite   d’une   participation  au   développement   suppose   un   partage   des

responsabilités et des moyens pour y parvenir.

 

 


 

 

suivantes :


Ceci  étant,  nos  préoccupations  s’articulent  autour  des  questions


 

 

   Les  populations  de  la  Collectivité-Secteur des  Walendu  Pitsi  sont-elles sensibilisées par les autorités à participer au développement ?

   Participent-elles au processus de développement de la Collectivité-Secteur?

 

   De quoi dépend cette participation ?

 

 

 

5 ESSISO, Asia-Amani, Méthodes de Recherche en Sciences Sociales, cours, inédit,   UNIKIS, FSSAP, G2  SPA, RI  et

Sociologie, 1998-1999, p.17.


 

0.4. HYPOTHESES

 

 

L’hypothèse du travail est l’idée directrice, une tentative d’explication des faits au début de la recherche, destinée à guider l’investigation et à être abandonnée ou maintenue d’après les résultats de la recherche.

 

L’hypothèse est, selon OTEMIKONGO Mandefu cité par ANYUME Mawa6 , un ensembl de réponses anticipées aux questions suscitées par un problème dans la recherche, mais laquelle est susceptible des vérifications pour qu’elle soit confirmée ou infirmée.

 

Madeleine  GRAWITZ  considère  aussi  l’hypothèse  comme  une proposition relative à l’explication d’un phénomène admis provisoirement avant d’être soumis à la vérification ou au contrôle de l’expérience, c'est-à-dire une réponse provisoire.

 

Ainsi, partant de notre problématique, nous émettons les hypothèses selon lesquelles :

 

Les populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi seraient sensibilisées                      par  les  autorités  de  ladite  Collectivité  à  participer  au processus de développement;

   Les   populations   participeraient   au   développement   de   la   Collectivité-

 

Secteur ;

 

   Cette participation dépendrait de lactivité habituelle de tout un chacun.

 

 

0.5. OBJECTIFS DU TRAVAIL

 

 

La présente étude poursuit un double objectif :

 

 

a.   Objectif général

 

 

Notre recherche a pour objectif général de déterminer l’importance de l’implication des populations dans le processus du développement durable, ceci à

travers les différents moyens de communication. Ce qui pourrait permettre à ces

 

 

 

 

 

6 ANYUME, M.-P., Taux découte des informations étrangères relaes à la RTNB auprès des auditeurs du Complexe

Elungu, TFC, UNIKIS, FLSH, G3 SIC, 2014-2015, p.4.

7 GRAWITZ, M., Méthode en science sociale, Paris, Dalloz, 2001, p.28.


 

dernières de participer, d’une manière responsable, au développement de leur milieu de vie.

 

b.  Objectif spécifique

 

 

Comme objectif spécifique de cette étude, nous nous sommes proposé d’examiner le degré d’implication des populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi dans le processus de développement de cette dernière.

 

0.6. INTERET DU TRAVAIL

 

Notre travail revêt un triple intérêt, intérêt personnel, intérêt pratique et intérêt scientifique.

 

 

   Sur le plan personnel, il constitue notre contribution à la sensibilisation des         population de   la   Collectivité-Secteur   des   Walendu   Pitsi   au développement durable de celle-ci ;

   Sur  le  plan  pratique,  il  permettra  à  ceux  qui  le  liront  de  prendre connaissance du degré d’implication de la population de la Collectivité- Secteur des Walendu Pitsi dans le processus du développement de ladite Collectivité-Secteur ;

   Sur le plan scientifique, il constitue un document de référence pour tout chercheur qui voudra évoquer la question de développement durable sous

tel ou tel angle.

 

 

0.7. METHODES ET TECHNIQUES

 

 

a.   Méthodes

 

 

Pour vérifier nos hypothèses, nous avons recouru aux méthodes descriptive et analytique. La première nous a donné l’opportunité de décrire l’implication de la population de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi dans le processus du développement de celle-ci et la seconde a consisté à analyser les informations que nous avons eu à récolter sur terrain.

 

b.  Techniques

 

 

Pour la collecte des données de notre travail, nous nous sommes

 

servi de technique d’interview semi-structurée avec un questionnaire préétabli et


 

de celle documentaire. La première nous a permis de recueillir les informations nécessaires auprès des enquêtés par rapport à notre thème de recherche. Les échanges   directs  avec   nos   enquêtés   nous  ont  permis  de  recueillir  des informations.  A  travers  la  seconde,  nous  avons  passé  en  revue  certains documents qui se rapportent à notre recherche (ouvrages, mémoires, données recueillies sur Internet, etc.)

 

0.8. DELIMITATION DU TRAVAIL

 

 

Ce travail que nous réalisons ne se limite qu’à la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi et, dans le temps, il va de 2011 à 2015.

 

0.9. SUBDIVISION DU TRAVAIL

 

 

Hormis l’introduction et la conclusion, le présent travail comporte trois  chapitres.  Le  premier traite  des  généralités ;  le  deuxième  porte  sur  la communication et la participation pour le développement durable et le troisième est consacré à la présentation des données, analyses et interprétation des résultats.

 

0.10.   DIFFICULTES RENCONTREES

 

 

Dans toute démarche scientifique, les difficultés ne manquent pas. Ainsi, pendant la réalisation de ce travail, nous avons fait face à certaines difficultés dues à l’indisponibilité de certains enquêtés, aux exigences imposées par d’autres avant de répondre à nos questions. Toutefois par notre courtoisie et nos efforts, nous avons recueilli l’essentiel, voir contourné ces difficultés.


PREMIER CHAPITRE : GENERALITES

 

 

Ce chapitre sera subdivisé en deux sections dont la première traitera des cadres conceptuel et théorique et la seconde sera axée sur la présentation de notre milieu d’étude.

 

SECTION 1 : CADRES CONCEPTUEL ET THEORIQUE I.1.1. Cadre conceptuel

1. Communication

 

 

La « communication » est un terme polysémique. Plusieurs définitions sont avancées à propos de ce concept.

 

Partant de son étymologie, le mot « communication » vient de trois mots  latins :  « communis »  qui  signifie  « mettre  en  commun » ;  « communio » désignant   ainsi   « communion,   union »   et   « communitas »   qui   veut   dire

« communauté ».  Ces  trois  termes  sont  tirés  du  verbe  latin  « communicare », signifiant alors « transmettre quelque chose à ».8

 

Jean LOHISSE, cité par IYELE B., affirme que la communication est une action de transmettre quelque chose, une idée ou l’action de communiquer avec quelqu’un ou encore un échange verbal entre un émetteur et un récepteur.9

 

Selon Francis BALLE, la communication est une action consistant, pour les hommes, à échanger des messages, en face à face, quelles que soient la forme et la finalité de l’échange. Elle désigne à la fois une action, un processus et un moyen de transmission de cette action.10

 

 son   tour,   DETHIER   pense   que   la   communication   est   la transmission d’information en vue d’influencer les décisions d’autrui à l’intérieur de l’organisation.11

 

La communication est donc, tenant compte de toutes ces définitions

 

précitées, le processus de transmission des informations ou des messages d’un

 

 

 

 

8 IYELE B., H-P., Information et Communication, cours, inédit, UNIKIS, FLSH, SIC, G2, 2014-2015, p.19.

9Ibid., p.23.

10 BALLE, F., Dictionnaire de médias, Paris, Larousse Bordas, 1998.

11 EUTHIER, R., Hommes et organisation, Ed. Ouvrières, Bruxelles, 1972, p.18.


 

point à l’autre, c'est-à-dire d’un émetteur à un récepteur. La communication

 

étant une action réciproque, un émetteur peut devenir récepteur et vice-versa.

 

 

2. La participation

 

 

On  entend  par  « participation »,  la  capacité  d’une  personne  de prendre part à une décision, à son exécution et à la jouissance de ses résultats. La participation fait donc partie des mécanismes de partage du pouvoir, compris comme la capacité de divers intérêts à atteindre ce qu’ils veulent ; elle est aussi l’intervention du citoyen dans la prise des décisions communales et aussi apport au processus de développement de sa commune.12

 

La   participation  désigne   aussi   les   procédures,   démarches   ou tentatives faites pour donner un rôle aux individus dans la prise de décision affectant la communauté ou l’organisation dont ils font partie13.

 

Pour nous, la participation est l’aptitude qu’a un citoyen de prendre

 

part à la gestion de la chose publique ; ceci, tant sur le plan national que local.

 

 

3. Développement

 

 

Le terme de « développement » désigne l’amélioration des conditions et de la qualité de vie d’une population, et renvoie à l’organisation sociale servant, dans ce cas, à la production du bien-être.

 

Le développement est un processus visant l’accroissement du bien-

être d’une communauté. Ce processus est voulu (non subi) et défini (organisé) par la communauté elle-même avec le soutien des pouvoirs publics.14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 MOUKLA, A., Probmatique de la communication dans la gouvernance locale au nin : cas de la Commune de Savè, mémoire, Université dAbomey-Calayi (UAC), S.T.A.S.C., D.C (2008). Disponible sur www.memoireonline.com, (Consulté le 02/03/2016 à 07h00)

13 MELIN P. et CHOAY, F., Dictionnaire de l’urbanisme et de laménagement, PUF, Paris, p.575

14 AVENIR HAUTSAINT-FRANCOIS, on line, disponible sur www.avenirhsf.wordpress.com


 

4. Collectivité

 

 

La « collectivité » désigne un groupe d’individus habitant un même pays, la même agglomération, ou ayant des intérêts communs. Elle peut désigner une  circonscription  administrative  fonctionnant  de  manière  autonome  par rapport à l’Etat central.15

 

Selon la Constitution du 18 février 2006, la « collectivité » fait partie des entités territoriales décentralisées. Elle jouit de libre administration et de l’autonomie de gestion de ses ressources économiques, humaines et techniques.16

 

5. Collectivité-Secteur

 

 

La  « Collectivité-Secteur »  est  une  partie  du  territoire  formée  par l’ensemble de plusieurs groupements coutumiers, régie par la loi, visant un objectif et dont le mode d’accession au pouvoir est l’élection et tient compte de la représentativité de ces groupements.

 

6. Décentralisation

 

 

La  « décentralisation »  est  un  mode  d’organisation  des  services publics qui consiste à confier la gestion de l’ensemble des intérêts régionaux ou locaux à des autorités administratives agissant en qualité de représentants des personnes publiques distinctes de l’Etat.17

 

Selon  Faustin  TOENGAHO 18 , la décentralisation est un mode de gestion des affaires publiques qui consiste à confier la gestion de l’ensemble des intérêts régionaux ou locaux à des autorités régionales ou locales dotées vis-à-vis du pouvoir central de l’autonomie organique et de gestion. Les bénéficiaires de cette autonomie sont des entités géographiques et territoriales (décentralisation territoriale) ; elle est aussi la technique administrative qui consiste à reconnaître l’autonomie  organique  et  de  gestion  à  un  service  public  déterminé (décentralisation technique). C’est le cas, par exemple, de la Régideso qui est une

entité territoriale décentralisée techniquement.

 

 

 

 

 

15 Larousse de poche, Paris, nouvelle édition, 2010.

16 Article 3 de la Constitution du 18 vrier 2006 de la République mocratique du Congo.

17 BALINDA, B-K., Cours de Droit administratif, inédit, CUEB, FSSAP, SPA, G2, 2009-2010, p.22.

18 TOENGAHO, L., F., Science politique, cours, inédit, UNIKIS, FD, G1, 2012-2013, p.31.


 

I.1.2. Cadre théorique

 

 

Pour la réalisation de notre travail, nous avons recouru à la théorie du  psychologue  américain  d’origine  autrichienne,  LAZARFIELD  (1901-1976), selon laquelle, lorsque certains individus perçoivent des difficultés à s’approprier un message ou à l’interpréter, ils se réfèrent à leur groupe d’appartenance, que ce soient les groupes d’influence ou simplement des porte-parole. Cette théorie est appelée celle de la communication à double étage, car l’influence des médias sur l’ensemble de la population se fait en deux temps :

 

-   le message délivré par les médias ou un média particulier est reçu d’abord et plus ou moins assimilé par un leader d’opinion ;

-   ensuite, celui-ci fait partager son choix de vote aux personnes qu’il connaît.

 

 

Dans la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, l’information est transmise aussi en deux temps. Le Chef de Secteur invite tous les Chefs de groupement et les différents leaders d’opinion à qui il donne des informations cruciales.  Ces  derniers,  à  leur  tour,  rentrent  à  la  base  avec  toutes  ces informations et les transmettent aux populations en langue locale pour permettre à tout le monde d’être au courant de ce qui se passe. C’est ainsi que les leaders d’opinion et les Chefs de groupement constituent les intermédiaires directs entre le Secteur et les populations qui le composent.

 

SECTION 2 : PRESENTATION DE LA COLLECTIVITE-SECTEUR DES WALENDU PITSI

 

I.2.1. Situation géographique

 

 

La Collectivité des Walendu Pitsi est l’une des entités territoriales décentralisées composant  le  Territoire  de  Djugu,  dans  l’actuelle  Province  de l’Ituri, en République Démocratique du Congo. Son Chef-lieu est LIBI, situé dans le Groupement Dz’na, dans la Localité Ndalo, sur la colline Wa.

 

Elle est limitée :

 

 

-   à l’Est, par la Collectivité Chefferie des Ndo-okebo (Aboro) et la Collectivité

 

Chefferie de Mokambo ;


 

-   à  l’Ouest,  par  la  Collectivité  des  Walendu  Djatsi  et  la  Chefferie  des

 

Mabendi ;

 

-   au Nord, par le Territoire de Mahagi, en général, et plus précisément la Chefferie des Pandoro, la Chefferie des Djukoth et la Chefferie des Walendu Watsi ;

-   au Nord-Est, par le Territoire de Mahagi et la Chefferie de Djukoth ;

 

-   au Sud-Est, par la Chefferie des Bahema Nord et le lac Albert ;

 

-   au Sud-Ouest, par la Chefferie des Bahema Badjere et une partie des

 

Bahema Nord.

 

 

Le Secteur des Walendu Pitsi compte 191 279 habitants et a une superficie de 1 235 km², soit une densité de 154,88 hab./km². On y identifie trois groupes ethniques qui sont : Walendu (majoritaires), Alur (dans le groupement Mbr’bu) et les Hema (dans le groupement Dz’na).

 

Bref,  nous  disons  que  ce  Secteur,  compte  tenu  des  groupes ethniques, est aussi cosmopolite parce qu’il héberge également des compatriotes originaires d’autres territoires et d’autres provinces de la RDC.

 

La Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi se situe à 600m daltitude à l’Ouest du Lac Albert. Le pic le plus élevé est le Mont Aboro, situé à 2 456m au- dessus de la mer ; il constitue, avec son prolongement du Mont-bleu, la crête du Nil.

 

Le climat qui domine cette partie de lIturi est du type subéquatorial avec deux saisons sèches et  deux saisons de pluie. La température varie entre 16 et 28°C.

 

La Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi a un sol de nature argileux, sablonneux et argilo-sablonneux.

 

Le relief de cette entité est composé des chaînes de montagnes, la plaine côtière le long du Lac Albert et les plateaux entre les chaînes de Monts bleus. La végétation est dominée par la savane herbeuse, la savane boisée, la galerie forestière, la forêt équatoriale.


 

L’hydrographie de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi est constituée essentiellement des rivières et du Lac Albert. Par ailleurs, le Secteur bénéficie d’une ligne de démarcation entre le bassin du Fleuve Congo et du Nil. Il est aussi marqué par la route de desserte agricole traversant la région Est du Sud au Nord, c'est-à-dire de Blukwa, groupement Laddedjo, à Kpandroma-Rethy dans le groupement Zabu. Parmi les grandes rivières, nous citons Tse, Djudda, Dri, Jona, Mbi et Rudda qui se déversent dans le bassin du Fleuve Congo et Koda, Kudda, Ndjidda, Dudda, Badda et Adda qui se déversent dans le bassin du Fleuve Nil.19

 

I.2.2. Situation historique

 

 

La Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi est une Entité Territoriale Décentralisée (E.T.D.) créée par la décision N°21/245 du 15 décembre 1955 portant création de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi.

 

De par son évolution, cette entité prend son origine dans la Chefferie

 

Arutsi, créée par l’administration coloniale le 01 janvier 1921.

 

 

Selon des sources orales recueillies dans le milieu Bale20, ces peuples vivaient en clans jusqu’à l’arrivée des colonisateurs tout en reconnaissant leur ancêtre commun NDRUKPA dont ils sont tous issus (Pitsi ou Rutsi, Djatsi ou Tsiritsi, Tatsi, Mabendi ou Ndra, Watsi ou Dra, Bindi ou Bedu). NDRUKPA fut le grand Chef bale et grand guerrier qui avait dirigé ce peuple pendant la migration jusqu’à son installation effective en Ituri.

 

Ce n’est qu’après la mort de NDRUKPA que ses enfants (RU, TSIRI, BENDU, NDRA, etc.) se sont séparés suite au conflit du pouvoir et ont jugé bon de se regrouper au sein de petits clans.21

 

Depuis le 10 décembre 1929, l’appellation de la Chefferie Arutsi fut supprimée et remplacée par la Chefferie Rutsi avec le même Chef TSUBU qui fut le seul Chef de tous les Bale (les Rutsi se trouvant dans le Territoire de Nizi à

Gety).

 

 

 

19 Rapport annuel de la Collectivité-Secteur des W/Pitsi, décembre 2014.

20Bale est le glossonyme autonome de « mulendu », glossonyme administratif.

21 BUYO Kombo, N. (83 ans en 2011), Vieux sage, interviewé par Sion BANGA TCHOMBE, Ddissa, group. LINGA, le 28

juin 2011.


 

Le projet de fusion Rutsi-Tsiritsi existait déjà depuis 1937 dans le

 

chef de l’administration coloniale qui a cherché à mettre sur pied ce projet en

 

1941 à la mort de Chef TSUBU. Mais, se trouvant dans limpossibilité de son application, elle ne le mettra en action qu’en 1955 par la cision que nous avons citée ci-haut.

 

La matérialisation de ce projet était occasionnée par le fait que le Chef des Rutsi, LIBI et le Chef des Tsiritsi, YAGO Luka, avaient donné leur accord pour la restructuration de ces entités coutumières lors d’un interrogatoire auquel ils étaient soumis dans la réunion annuelle de tous les Chefs coutumiers du Territoire de Djugu en 1954. Ainsi, à l’issue de cette réunion, la Chefferie des Rutsi était divisée en Collectivités-Secteurs des Walendu Pitsi et des Tatsi. La Chefferie des Tsiritsi était changée en Collectivité-Secteur des Walendu Djatsi sans éclatement.22

 

A  part  les difficultés liées aux  tendances  séparatistes, au déplacement, aux mécontentements envers le Chef LIBI, à l’approvisionnement en vivres aux prisonniers, celles liées aux dialectes, etc., DIROKPA souligne que cette division était due aux difficultés de contrôler certains groupements d’une chefferie dans une autre, tel que le groupement Limani des RUTSI qui se trouvait dans la Chefferie des Tsiritsi et les groupements Uconji, Petro, etc., tous des Tsiritsi se trouvant dans la Chefferie des Rutsi.23

 

I.2.3. Situation économique

 

 

Toute organisation humaine dépend, en grande partie, de l’économie. Ainsi, le secteur de l’économie, bien quau stade traditionnel, est très développé dans la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi avec, à la te, l’agriculture, suivie de l’élevage, de la pêche, de l’exploitation forestière et du commerce.

 

La Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi a un climat et un sol très favorables à l’agriculture. Ainsi, la grande majorité de la population de cette Collectivité-Secteur  s’occupe  de  l’agriculture  dont  la  grande  partie  de  la production est destinée à la consommation.

 

 

 

22 NDJANGO, G., Evolution de lorganisation politico-administrative des Walendu Pitsi de 1921 à 1955, Mémoire, inédit, HSS, ISP/Bunia, 1984

23 DIROKPA Banga Ludza, interviewé à Kpandroma, groupement Zabu, le 05 décembre 2015 (78 ans)


 

Une autre partie de la production agricole est destinée à la commercialisation. A cet effet, on distingue, dans la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, la culture vivrière et la culture pérenne.

 

   La culture vivrière : ce type de culture est pratiqué presque sur toute l’étendue  de  la  Collectivité-Secteur.  La  population  cultive  le  maïs,  le haricot, le manioc, la patate douce, le sorgho, le millet, la pomme de terre, etc. ;

   La culture pérenne : elle consiste en la pratique de culture du café, du

 

palmier à huile, du thé, de la canne à sucre, etc.

 

 

Outre l’agriculture, l’élevage du gros et petit bétail ainsi que de la volaille est aussi pratiqué par la population de cette entité.

 

   Gros bétail : la population pratique l’élevage des vaches dans des pâturages ou fermes comme Rethy-Dorm, ferme de Budza, Kpa, Kpe, etc. Ce sont des pâturages collectifs ;

   Petit bétail : cet élevage est pratiqué par les grands fermiers et presque par

 

toute la population de cette entité de manière traditionnelle ;

 

   Volaille :  la  population  de  la  Collectivité-Secteur pratique  l’élevage  des poules, canards, etc.

 

L’activité de la pêche est pratiquée sur le Lac Albert par la population lacustre  du  Secteur  des  W/Pitsi  d’une  manière  artisanale,  c'est-à-dire  sans utiliser la technique moderne.

 

Notons, par ailleurs, que les produits de la pêche jouent le même rôle que les produits de l’agriculture. C’est dire qu’une partie de la production est destinée à la consommation locale et l’autre partie à la commercialisation.

 

Pour ce qui est de l’exploitation forestière, cette entité possède de grandes forêts favorables à cette activité. A cet effet, nous pouvons citer à l’Ouest, la forêt presque équatoriale de Dhera dans le groupement Ndjukpa, les galeries forestières de Wago qui s’étend jusquà Basani entre les groupements Laudjo, Laddedjo, Dhendo, D’edjego et Nyinago se situant à Ddissa et Kochuvi en groupement Linga, la galerie de Kodda à Nzerku dans le groupement Buba.


 

Plusieurs essences telles que les bois jaunes, les bois rouges, etc. se retrouvent dans ces forêts.

 

A ces forêts s’ajoutent les cordons boisés comme Dza dans le groupement Zabu, Zalu à Buba, etc. sont cultivés les chênes argentés et les cyprès dont les planches sont destinées à la consommation locale pour la fabrication des meubles, des cercueils, des charpentes, etc.

 

Pour ce qui est du sous-sol de cette Collectivité-Secteur, il comprend

 

essentiellement l’or, le fer, le pétrole au bord du Lac Albert.

 

 

I.2.4. Situation politico-administrative

 

 

Le Secteur des Walendu Pitsi, ancienne Chefferie des Rutsi, est l’une des entités territoriales décentralisées composant le Territoire de Djugu dans la nouvelle Province de l’Ituri en RDC. Cette enti est dirigée par un Chef de Secteur.

 

A partir de 1921 jusqu’à ces jours, le Secteur des Walendu Pitsi a déjà connu, à sa tête, 15 chefs dont certains ont régné deux et quatre fois. Ce qui pousse le nombre de règnes à 19. Les noms de ces chefs, ainsi que leurs périodes de règne sont repris dans le tableau ci-dessous :

 

 

 

NOMS ET POST-NOMS

 

PERIODE

 

ORIGINE

 

CENTRE DE REGNE

 

01

 

TSUBU

 

De     1921     au

01/01/1940

 

Bale (Rutsi)

 

Chefferie Rutsi

 

02

 

LIBI MEDARD

 

Du   01/01/1940 au 27/01/1965

 

Rutsi (Pitsi)

 

Chefferie   Rutsi   et

Secteur des W/Pitsi

 

03

 

BUNA LOMBUNI

 

Du   27/01/1965 au 25/11/1970

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

04

 

AVILE

 

Du   25/11/1970 au 10/10/1971

 

Non originaire

 

Intérim

 

05

 

GAIKPA GBRU NDOO

 

Du   10/10/1971 au 19/09/1974

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

06

 

USOMBO AUANDEY

 

Du   19/09/1974 au 02/04/1975

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi


 

 

07

 

MALAKUMBA ABANAKIEIO

 

Du   02/04/1975 au 28/03/1976

 

Non originaire

 

Intérim

 

08

 

DHELO NGONA

 

Du   28/03/1976 au 05/07/1977

 

Pitsi

 

Intérim

 

09

 

GAIKPA GBRU NDOO

 

Du   05/07/1977 au 01/02/1982

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

10

 

GRUKPA NGABU

 

D’Avril  1982  au

juin 1982

 

Pitsi

 

Intérim

 

11

 

AWALA KANDONI

 

Du juin 1982 au

01/07/1982

 

Pitsi

 

Intérim

 

12

 

DIROKPA BANGA LUDZA

 

Du   01/07/1982 à 1987

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

13

 

DJALUM

 

De 1897 à 1989

 

Non originaire

 

Intérim

 

14

 

DIROKPA BANGA LUDZA

 

1989

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

15

 

MUSAFIRI NGONGO

 

1989

 

Non originaire

 

Intérim

 

16

 

DIROKPA BANGA LUDZA

 

De 1989 à 1990

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

17

 

BADENGA NONGO

 

1990

 

Non originaire

 

Intérim

 

18

 

DIROKPA BANGA LUDZA

 

De     1990     au

27/04/1996

 

Pitsi

 

Secteur des W/Pitsi

 

19

 

LONGBE TCHABI LINGA

 

Du   27/04/1996 à 2011

 

Pitsi

 

Intérim

De  2011  à  nos

jours (officiellement installé)

Pitsi

Secteur des W/Pitsi

Source :  Archives  du  secrétariat  administratif  de  la  Collectivité-Secteur  des

W/Pitsi.

 

Commentaire :  Ce  tableau  nous  donne,  avec  précision,  tous  les  détails concernant les noms, la période, les origines des chefs et les centres de règne de ces derniers.24

 

 

 

 

24 Archives du secrétariat administratif de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi.


 

Le Secteur des Walendu Pitsi ne comprenait que six groupements au départ, en l’occurrence les groupements Laudjo, Dhendo, Zabu, Uconji, Ugwaro et Ndjukpa. A part ces 6 groupements, sans doute, pour des raisons de bonne gouvernance et du regroupement de la population selon leur appartenance, soit à la Chefferie RUTS, soit à la Chefferie TSIRITSI, d’autres groupements ont vu le jour. Ainsi, en 1961, le Chef LIBI créa les groupements Linga, Buba, Laddedjo et Mbr’bu pendant qu’en 1972, le Chef GAIKPA créa le groupement Dz’na.

 

Selon le Rapport annuel du Secteur des W/Pitsi, les groupements Linga et Buba dérivent du groupement Zabu, le groupement Laddedjo de Laudjo, les groupements Mbr’bu et Dz’na étaient administrés par le Chef du Secteur lui- même.25

 

Sur le plan administratif, le Secteur des Walendu Pitsi dispose d’une administration ayant, à sa tête, le Chef du Secteur qui est une autorité politico- administrative, suivi d’un Secrétaire Administratif qui est un agent public mis à la disposition du Secteur par la hiérarchie pour coordonner toutes les activités administratives du Secteur. Il doit, par conséquent, faire le rapport à la hiérarchie.26

 

Conclusion partielle

 

 

Ce chapitre, basé sur les généralités, est subdivisé en deux sections dont la première a porté sur les cadres conceptuel  et théorique et la seconde sur la présentation du milieu d’étude.

 

Dans la première section, nous avons passé en revue certains concepts clés utilisés dans le travail et nous y avons évoqué  le cadre théorique, où nous avons choisi la théorie du psychologue américain LAZARFIELD.

Dans la seconde section, nous avons présenté la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi sur les plans géographique, historique, économique et administratif.

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Op.cit

26Ibid.


DEUXIEME CHAPITRE : COMMUNICATION ET PARTICIPATION DES POPULATIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE

 

Il sera question, dans ce deuxième chapitre, de donner les généralités sur le développement durable (section 1), de faire comprendre combien la communication est importante dans le processus de sensibilisation pour un développement durable (section 2) et, enfin, de montrer l’importance de faire participer la population dans le processus du développement de leur milieu de vie (section 3).

 

Section 1. GENERALITES SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE II.1.1. Définition

Le développement durable est un modèle de développement économique et social visant à assurer la pérennité du patrimoine de la terre.27 Il s’agit, donc, d’une forme de développement économique ayant pour objectif de concilier le progrès économique et social avec la préservation de l’environnement.

 

La définition la plus connue est celle proposée par la Commission Mondiale   pour   l’Environnement   et   le   Développement,   dite   « Commission Brundtland », selon laquelle le « développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations futures, de pouvoir répondre à leurs propres besoins. »28

 

Partant de ces définitions, nous disons que le développement durable combine plusieurs exigences telles que :

 

-   la satisfaction des besoins essentiels des générations actuelles et futures ;

 

-   l’amélioration des conditions de vie ;

 

-   le renforcement de nouvelles formes d’énergies renouvelables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27 Microsoft Encarta junior 2009.

28 Notre avenir à tous, Rapport de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, Montréal,

édition du Fleuve, 1987, p.17.


 

II.1.2. Aperçu historique sur le développement durable

 

 

L’émergence de l’idée du développement durable a été longue. TERSIGUEL et BECKER, cités par LIRIMAPA Lots’si29, soutiennent que cette idée qui est à la mode aujourd’hui n’est pas neuve.

 

L’idée du développement durable remonte à 1951 à la suite de la publication du premier rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) sur l’état de l’environnement dans le monde, un rapport où il est révélé que les activités économiques génèrent des atteintes à l’environnement.

 

En 1970, le club de Rome dénommé Halte à la croissance en fait un large écho en dénonçant le danger que présente une croissance économique et démographique exponentielle du point de vue de l’épuisement des ressources (énergie, eau, sol), de la pollution et de la surexploitation des systèmes naturels.30

 

En 1972, avec l’organisation de la première conférence internationale sur l’environnement par les Nations Unies, il y a eu création du Programme des Nations  Unies  pour  l’Environnement  (PNUE,  en  sigle).  Ce  programme  a occasionné l’apparition du concept d’ « écodéveloppement » ayant mis en œuvre un modèle de développement qui respecte l’environnement et l’équité sociale. Ce concept  sera  rempla par  celui  de développement  viable,  se  traduisant  en anglais par « sustainable development », en 1980.31

 

Du 03 au 14 juin 1992, il va se tenir le deuxième sommet de la terre à Rio de Janeiro (Brésil). Le concept est solennellement consacré et commence à être largement médiatisé. On assiste ainsi à l’adoption de Rio et la naissance de l’Agenda 21. La définition de Brundtland, axée prioritairement sur la préservation de l’environnement et la consommation prudente des ressources naturelles non

renouvelables, sera modifiée par celle de « trois piliers » qui doivent être conciliés

 

 

 

 

 

 

 

 

29 LIRIMAPA, L.-A., Tunga penetras : facteurs favorisant et effets sur le veloppement endogène des Walendu Pitsi

(cas de groupement MBR’BU), Mémoire, USB, FD/DC, L2, 2014-2015, p.28.

30 MASHINI, M., C., De l’émergence des droits de solidarité et de la nécessité de leur garantie constitutionnelle :

condition  dun  veloppement  durable  des  pays  en  développement  (cas  de  la  RD  Congo) , Mémoire, Kinshasa, UNIKIN, FD, L2, 2003, p.17.

31 http://www.veloppementdurable-gouvernance.fr (Consulté le 02/03/2016 à7h26)


 

dans une perspective de développement durable : le progrès économique, la justice sociale et la préservation de l’environnement.32

 

En 2005, la conférence générale de l’UNESCO adopte la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles où la diversité culturelle est réaffirmée comme un essor fondamental du développement durable des communautés, des peuples et des nations.

 

Du 30 novembre au 11 cembre 2015, il s’est tenu un autre sommet de la terre à Paris (France) dénommé « Conference Of Parties, (COP 21) » qui s’inscrit toujours dans le cadre du développement durable. Cette réunion avait pour but d’aboutir à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement   contre   le   dérèglement   climatique   et   d’impulser/accélérer   la transition vers les sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone.33

 

II.1.3. Les piliers du développement durable

 

 

Le concept du développement durable se fonde sur la mise en œuvre d’une utilisation et d’une gestion rationnelle des ressources naturelles, humaines et économiques. Ce qui nous renvoie à dire que le développement durable est fondé sur trois piliers (ou dimensions) : environnemental, social et économique.

 

a. Dimension environnementale

 

 

Les ressources naturelles ne sont pas infinies. La faune, la flore, l’eau, l’air et les sols indispensables à notre survie, sont en voie de dégradation. Ce constat de rareté et de finitude des ressources naturelles se traduit par la nécessité  de  protéger  ces  grands  équilibres  écologiques  pour  préserver  nos sociétés et la vie sur terre.

 

C’est dans ce cadre que la COP 21 propose d’économiser et de préserver les ressources naturelles, de protéger la biodiversité, d’éviter l’émission de carbone pour lutter contre le changement climatique, de gérer et valoriser les

déchets.34

 

 

 

 

 

32 LIRIMAPA, L.-A., Op.cit., p.21.

33 www.directmatin.fr/ (Consul le 09/03/2016 à 15h21)

34 Id.


 

b. Dimension sociale

 

 

C’est la capacité qua notre société d’assurer le bien-être de tous ses citoyens. Ce bien-être se traduit par la possibilité pour tout un chacun d’accéder, quel que soit son niveau de vie, aux besoins essentiels : alimentation, logement, santé, accès égal au travail, sécurité, éducation, etc.

 

Ici, il faut lutter contre l’exclusion et les discriminations, c'est-à-dire respecter et protéger les personnes les plus faibles (en situation de handicap, âgées, etc.), donner l’accès aux droits sociaux pour tous, favoriser la solidarité, contribuer au bien-être, valoriser les territoires.

 

c. Dimension économique

 

 

Cette   dimension   vise   à   développer   la   croissance   et   lefficacité

 

économique à travers des modes de production et de consommation durables.

 

 

Il sagit de concilier la viabilité d’un projet, d’une organisation (performance économique) avec des principes éthiques, tels que la protection de l’environnement et la préservation du lien social. Selon ce système, le prix des biens et services doit refléter le coût environnemental et social de l’ensemble de leur cycle de vie, c'est-à-dire de l’extraction des ressources à la valorisation, en tenant compte de la fabrication, de la distribution et de l’utilisation.

 

SECTION 2 : COMMUNICATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE

 

 

La communauté internationale, y compris les Organisations des Nations Unies, a reconnu combien il importe de répondre aux besoins d’information et de communication des individus marginalisés et vulnérables. Elle a compris le rôle que peut jouer la communication pour permettre aux individus d’acquérir la capacité à agir sur les décisions qui affectent leur vie.35

 

La communication pour le développement est l’un des moyens les plus importants d’étendre l’accès aux nouvelles opportunités en ce domaine. Plus qu’une simple stratégie, la communication pour le développement est un processus fondé sur la promotion du dialogue entre les communautés et les décideurs à l’échelle locale, régionale et nationale. Elle a pour but de promouvoir,

 

3 La   communicatio pou le   développement  accroître   l’efficacité   de Nation Unies disponible   sur

http://www.influenzaresources.org/ index.631.html.


 

qualité de la vie pour tous.36

 

 

Fondamentalement, la communication est un processus social qui provoque des changements dans les connaissances, les attitudes et les comportements des individus ou des groupes, en mettant à leur disposition des informations factuelles et techniques, en facilitant le processus d’apprentissage et l’environnement social. C’est ainsi que la communication présente certains effets tels que l’augmentation de l’estime de soi et du bien-être, par une participation à la vie communautaire, l’amélioration de la qualité des relations interindividuelles, le renforcement du respect mutuel. Tous ces ingrédients contribuent à ces changements  positifs  au  niveau  de  l’individu  et  des  communautés  que  l’on qualifie de « développement. »

 

Le développement durable est un concept séduisant pour la communication, car il est aisément applicable à tous les projets, il est porteur de valeurs positives et il peut laisser penser que celui qui en parle a compris les enjeux de demain. Lapport du développement durable aussi bien pour inciter à la démocratie participative que pour modifier le comportement des citoyens ou encore pour servir de message politique, réconcilie la communication et les habitants.37

 

Ceci dit, la communication étant l’ensemble des messages émis par les institutions publiques, dans la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, elle aurait pour objectif principal d’encourager les citoyens à simpliquer dans une démarche participative en donnant leurs opinions dans le cadre des conseils de ladite Collectivité-Secteur.

En effet, les autorités de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi se servent aussi de cette communication pour se rendre compte de ce qui se passe à l’intérieur. Elles communiquent avec les différentes couches de populations à travers les intermédiaires qui sont les leaders d’opinion. Ainsi, ces derniers sont souvent conviés à des réunions au chef-lieu de la Collectivité-Secteur avec les autorités. Ils sont censés amener les préoccupations de leurs groupes respectifs à

 

 

 

 

36 http://www.influenzaresources.org/ index.631.html.

37 KOTLER, P. et all., Marketing management, Publi-non, 7ème édition, Paris, 1992, p.61.


 

la haute hiérarchie de la Collectivité-Secteur. Les autorités en profitent aussi

 

pour dire à la population ce qu’elles ont à dire à travers ces leaders d’opinion.

 

 

Cependant, la sensibilisation se fait aussi dans les différents endroits où les gens se rencontrent, tels le lieu de deuil, les Eglises. Ici, les autorités envoient des délégués qui transmettent leurs messages à la population. C’est donc dans ce sens que les messages provenant de la Collectivité-Secteur sont transmis à la population à travers les leaders d’opinion qui constituent les points d’intermédiation entre les autorités et la population.

 

Mais, il n’y a pas que cela. Les messages atteignent aussi la population par les deux radios qui sont implantées sur le sol de la Collectivité- Secteur des Walendu Pitsi, en l’occurrence, la Radio Tam-tam des Monts Bleus et la Radio Tangazeni Kristo. Celles-ci permettent aux autorités de lancer un communiqué aux leaders d’opinion. Ceux-ci influencent la population afin de comprendre et d’agir selon les normes dictées par les autorités de la Collectivité- Secteur.

 

Ainsi, la grande partie des messages provenant de la Collectivité- Secteur concerne beaucoup plus le développement, étant donné que le développement de cette entité dépend de celui des cellules et des sous-cellules qui la composent.

 

II.2.1. Gouvernance locale et développement local

 

 

Georg LUTZ et  Wolf LINDER affirment que  le  succès  du développement local a été reconnu comme essentiel pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) définis lors du sommet du Millénium organisé par l’ONU en 2000.38

 

A. L’importance des autorités locales pour le développement

 

L’expression  « autorité  locale »  désigne  les  institutions  publiques dotées de la personnalité juridique, faisant partie de la structure de l’Etat et se trouvant à un niveau inférieur à celui du pouvoir central.

 

 

 

 

38 LUTZ,  G.  et  LINDER,  W.,  Structures  traditionnelles  dans  la  gouvernance  locale  pour  le  veloppement  local , Université de Berne, Suisse, ISP, 2004, p.2.


 

sous-développement, étant donné qu’elles sont mieux placées pour connaître tout

 

ce qui se passe au niveau local.

 

 

En Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, ces structures vont des chefs de Localités jusqu’au niveau du chef de Secteur en passant par les chefs de Groupements. Etant donné que ces autorités sont plus proches des citoyens que d’autres  institutions  publiques,  elles  ont  la  responsabilité  de  mobiliser  les opinions publiques locales tout en agissant en tant que catalyseurs du changement, en particulier pour une administration publique plus efficace, des processus du développement plus inclusifs, en coopération avec l’Organisation de la Société Civile (OSC). D’où, la bonne gouvernance dans la Collectivité-Secteur est d’une importance capitale pour parvenir à un développement durable ; cela, à travers la solution à certains problèmes auxquels sont confrontées les différentes couches de population.

 

Ce   faisant,  pour   que   les   besoins   et   les   préoccupations   des populations soient connus et pris en considération, il y a des partenariats et des mécanismes de dialogue avec les parties prenantes, associant des représentants des autorités de la Collectivité-Secteur, d’autres acteurs opérant au niveau local et les citoyens. Ce qui permet d’ouvrir le dialogue avec le pouvoir central. Dans ce cadre, il convient de parler d’une approche de développement locale ; laquelle approche permet de renforcer le processus politique de la Collectivité-Secteur et la transparence et d’encourager une appropriation démocratique du développement grâce à un suivi continu des progrès accomplis sur la voie du développement durable.39

 

Cette Collectivité-Secteur, en tant quune des Entités Territoriales Décentralisées, a besoin, de par la décentralisation que connaît notre pays, la RD Congo, non seulement de l’octroi des ressources financières suffisantes aux autorités, mais aussi de l’amélioration de la gestion des finances publiques et la mobilisation des recettes, cela conformément au cadre juridique national de la

RDC.

 

 

 

 

 

39 Entretien avec le secrétaire administratif de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, Kpandroma, le 02 décembre

2005.


 

des autorités de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi à contribuer à la bonne gouvernance et à parvenir aux objectifs du développement dans cette entité, il serait important que les élus et le personnel puissent remédier à certaines contraintes de capacité, notamment en ce qui concerne la gestion et la mobilisation des ressources du secteur public, la capacité à exercer le pouvoir, la gestion des finances publiques, la perception des recettes et l’affectation des dépenses, etc.

 

C’est ainsi que la Commission Européenne soutient que les capacités nécessaires à une bonne gouvernance locale dépendent de trois facteurs :

 

-   facteur individuel : les compétences, la formation et le comportement des responsables politiques locaux et du personnel administratif ;

-   facteur  institutionnel : elles dépendent des structures et des procédures opérationnelles qui encadrent et régissent les activités du personnel ;

-   facteur organisationnel : elles dépendent de l’environnement politique et juridique ainsi que des règles et pratiques qui régissent les relations avec d’autres acteurs.

 

B. Les médias comme partenaires de l’éducation pour le développement durable

 

a.  Définition des médias

 

 

Le média est un ensemble de techniques de production de messages et de transmission de messages par un canal vers un terminal.40 Le média est donc compris comme un ensemble de moyens de communication et de diffusion d’informations (cinéma, presse, télévision, affiches, radio, etc.).

 

b.  Médias et développement durable

 

Les médias ont un rôle capital à jouer dans le processus du développement durable. Ils doivent rendre les informations compréhensibles et utiles ; ceci, en les transmettant et les rendant à des fins de formation, d’échange

 

 

 

 

 

40 LOSOLO, B.-C., Le tableau de la presse contemporaine, cours, inédit, Kisangani, G3, SIC, FLSH, UNIKIS, 2015-2016, p.1.


 

ceux qui seront touchés par les projets de développement.41

 

 

Ainsi, à travers les médias, considère-t-on, de plus en plus, la communication et l’éducation comme un procédé interactif et participatif, lequel procédé vise à donner une signification commune auprès de ceux qui ont une perception particulière d’un problème et des solutions qu’il faut y apporter.

 

Le secteur médiatique, en Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, est dominé par deux radios dont l’une communautaire (RTMB : Radio Tam-tam des Monts  Bleus) et, lautre, appartenant  à  la CECA 20  (RTK : Radio  Tangazeni Kristo), toutes deux implantées dans la cité de Kpandroma. Ces deux chaînes de radio constituent un atout pour sensibiliser les populations de cette Collectivité- Secteur à travers les émissions et les informations diffusées.

 

D’une  manière  particulière,  la  RTMB,  étant  une  radio communautaire, a un enjeu fort de déterminer les indicateurs pertinents pour mesurer l’impact réel des productions considérées comme de la sensibilisation au développement durable auprès des populations. Nombreux sont les problèmes par rapport auxquels les émissions passent sur les ondes de la RTMB, tels que le déboisement dans la Collectivité, les inégalités sociales, etc. contribuant ainsi à la diffusion d’une culture commune et généraliste. Voila pourquoi elle a pour rôle de favoriser la participation des citoyens et de défendre leurs intérêts, d’aider à résoudre les mille et un problèmes de vie de tous les jours, de faire entendre les paroles de tous sans discrimination ni censure. Raison pour laquelle nous disons que la RTMB, comme radio communautaire, est un acteur important dans le processus du développement de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi.

 

Ainsi, ces chaînes de radio sont appelées à diffuser des informations et des émissions en langue vernaculaire, qui est le « kilendu », mais aussi en

« Alur » et en kiswahili pour qu’elles soient accessibles à un plus grand nombre, même à ceux qui se retrouvent dans les régions les plus reculées de l’étendue de la Collectivité-Secteur. Ce qui permet à toutes les couches dêtre au courant de ce

qui se passe.

 

 

41 KEMPEN, P., Communication, sensibilisation et éducation du public, guide pratique destiné aux points focaux et aux coordonnateurs des stratégies et plans d’action nationaux pour la diversité biologique (SPANB), 2003, p.20.


 

moyen  pour  les  populations  de  s’exprimer,  d’exprimer  leurs  propres  idées  à propos de développement, et non pas des idées qui leur seraient imposées par le haut cadre, ou tout simplement par les instances centrales ou internationales. D’où, il y a établissement de processus participatif permettant de renforcer la prise de décision au sein de la communauté.

 

SECTION 3 : PARTICIPATION DE LA POPULATION AU DEVELOPPEMENT II.3.1. Généralités

La participation des populations consiste à restituer à celles-ci un pouvoir d’initiative et de décision dans la définition et la mise en œuvre des actions et programmes qui concernent leur propre avenir.

 

Henry FRANCHET 4soutient que la participation de la population dans le secteur sanitaire, social et le développement local est considérée comme une véritable opportunité à saisir qui suscite beaucoup d’espoir.

 

Selon la Banque Mondiale, la participation est le processus par lequel les parties prenantes influencent les initiatives de développement, ainsi que les décisions et les ressources qui les affectent, et en partageant le contrôle.43

 

Cette participation aux initiatives de développement est primordiale car, même si les interventions extérieures apportent des solutions à certains problèmes, elles n’ont pourtant pas la capacité de comprendre en profondeur les desiderata des bénéficiaires de leurs apports. D’où, la nécessité d’associer les populations concernées aux prises de décisions, la conception des projets pour une meilleure amélioration des conditions de vie et de travail des communautés dans une perspective de développement durable. Pour cela, il faut une forte sensibilisation, comme nous l’avons évoqué plus haut.

Lorsqu’on impose des projets, on s’engage dans un engrenage dangereux qui ne manquerait pas d’ouvrir la voie à des abus compromettant tout

 

 

 

42 FRANCHET, H., La participation de la population dans le domaine de la san en France : un enjeu, une injonction, un processus, Paris, 1999, p.87.

43 Alexei JONES, « L’apparition de la notion de participation dans la pensée et le discours du veloppement »,

Perspectives internationales et européennes, mars 2006, p.12, disponible sur  http://revel.unice.fr/

pie/document.html ?id=360. Consulté le 03/05/2016 à 12h10.


 

développement à partir de la base et dont les représentants des populations au sein des conseils locaux s’apercevront très vite.44

 

Ainsi, faire participer la population, c’est lui permettre de devenir promotrice principale de son propre développement et de l’intégrer dans le processus de gestion de la chose publique. Cela est très important et même capital dans le mécanisme de développement durable.

 

II.3.2. Participation des populations de la Collectivité-Secteur des Walendu

 

Pitsi au développement

 

 

La participation des populations dans cette Collectivité-Secteur dépend de ce que fait chacun dans la place qu’il occupe dans la société. En effet, nombreux sont les groupes sociaux qui constituent la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi. Il s’agit, entre  autres,  des  commerçants,  des  enseignants,  des agriculteurs, des corps soignants, etc. Tous ces groupes ont quelque chose à faire pour le développement durable de cette Collectivité-Secteur. La paie des IPM (Impôt Personnel Minimum), par exemple, donne l’opportuni à chaque citoyen qui est censé les payer, de participer au développement

 

En effet, pour que la population participe activement au développement, il faut que celle-ci prenne part à la gestion des affaires de la Collectivité-Secteur. Raison pour laquelle, non seulement   elle a droit à l’information, à se constituer en association, mais aussi le devoir de protéger les biens et intérêts communautaires. Elle est ainsi appelée à faire des analyses des situations qui se présentent, à s’engager et à présenter des actions volontaires non violentes en faveur de l’amélioration des conditions de vie. C’est à ce niveau que le comité local de gouvernance participative et les autres organisations de la société civile se font prévaloir comme des interlocuteurs valables vis-à-vis de l’autorité de la Collectivité-Secteur, à travers les cadres de concertation en vue d’atteindre l’objectif visé.

La  survie  de  la  Collectivité-Secteur  passe  nécessairement  par  le travail pour lequel la population se donne corps et âme. Toutes les couches composant cette population sont ainsi importantes et aucune d’entre elles ne doit se sentir écartée étant donné que le développement durable est l’affaire de tout le

 

44 COULIBALY, S., La participation au veloppement local, disponible sur  www.gouvernanceafrique.com.


 

comme éleveurs, enseignants et autres fonctionnaires salariés, etc., tous sont tenus à contribuer à la reconstruction de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi. Les autorités n’ont, ici, pour tâche que de fournir un effort pour améliorer les conditions environnementales de façon à rendre possible un travail bien fait.

 

Associant ce qui est exposé dans les deuxième et troisième sections de ce chapitre, nous disons que la communication participative contribue à construire ou à reconstruire l’estime, surtout dans les communautés qui ont été longtemps marginalisées ou négligés. Elle renforce le tissu social par la consolidation des formes d’organisation. Elle permet également de protéger les traditions et les valeurs culturelles, par exemple en diffusant des programmes produits dans la langue locale, en même temps qu’elle permet d’en intégrer de nouveaux éléments. En ce sens, la communication participative n’est pas nécessairement conservatrice.

 

 

Conclusion partielle

 

 

Ce deuxième chapitre de notre travail est articulé sur trois sections. La première, traitant des généralités sur le développement durable, nous a offert l’opportunité de définir ce concept, d’en donner laperçu historique et d’en définir les piliers. La deuxième, portant sur la communication pour le développement durable, a précisé le rôle que joue la communication dans le processus de développement ainsi que dans la sensibilisation de la population à ce processus. Enfin,  la  troisième  section,  a  mis  en  évidence  l’importance  d’associer  la population aux prises des décisions qui la concernent en focalisant finalement notre attention sur l’implication des populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi dans le processus de développement de cette dernière.


 

TROISIEME CHAPITRE : PRESENTATION DES DONNEES, ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS

 

Ce chapitre sera structuré en trois sections dont la première portera sur le protocole méthodologique, la deuxième, sur le choix des instruments d’enquête et, la troisième, sur la discussion des résultats.

 

SECTION 1 : PROTOCOLE METHODOLOGIQUE

 

 

1.  Population d’étude

 

 

La population d’étude est, selon Roger MUCCHIELLI, un ensemble

 

des personnes sur lesquelles porte l’enquête et qui constituent une population.45

 

 

Pour ESISO Asia-Amani, la population d’étude est un ensemble d’unités qu’on espère décrire par la génération ou l’extrapolation des caractéristiques constatées sur l’échantillon.46

 

En effet, notre population est constituée des populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, réparties dans les différents groupements qui composent cette Collectivité-Secteur.

 

2.  Echantillon d’étude

 

 

2.1. Méthode d’échantillonnage utilisé

 

 

L’échantillon d’étude est, selon Georges De LANDSHERE, un choix d’un nombre limité d’individus ou d’événements concernés par l’étude et dont l’observation permet de tirer des conclusions applicables à la population tout entière, à l’intérieur de laquelle le choix a été opéré.47

 

Pour ANYUME MAWA, il s’agit d’un ensemble d’individus ou d’objets choisis, qui a des caractéristiques de représenter l’ensemble de la population ciblée au préalable. Il sert à limiter l’effectif d’enquête en cas d’indisponibilité ou de non accès aux informations recherchées.48

 

 

 

45 MUCCHIELLI, R., Le questionnaire dans l’enquête psychosociale, Paris, PUF, 1989, p.24

46 ESSISO ASIA AMANI, Méthodes de recherche en Sciences Sociales, cours, inédit, G2 Sociologie, RI, SPA, Kisangani,

FSSAP, UNIKIS, 2008, p.2.

47 De LANDSHERE, G., Introduction à la thode de la recherche en éducation, Paris, PUF, 1972, p.230.

48 ANYUME, P., op.cit, p.22.


 

individus  choisis  dans  une  population,  dont  les  résultats  d’enquête  seront généralisés sur toute la population concernée par l’étude.

 

Cela étant, dans le cadre de notre travail, nous avons recouru à l’échantillonnage stratifié. Celui-ci consiste à tirer un nombre limité d’enquêtés dans la population concernée par l’étude sous forme de sous-groupes renfermant les caractéristiques se rapportant à chaque catégorie de variables assignées à l’étude. Ce qui nous a permis, en fonction des besoins de recherche, de tirer un échantillon composé de 50 sujets, choisis dans six de onze groupements qui composent la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi. Cependant, les critères de stratification ont varié, étant donné que le nombre d’enquêtés n’est pas le même dans les six groupements que nous avons choisis pour notre enquête.

 

Ainsi, pour déterminer le taux d’implication des populations de la

Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi dans le processus du développement de cette dernière, nous nous sommes servi de la formule de fréquence que voici :

 

 


F1 =


𝑛� × 100

𝑁𝑖


 

 

 

Légendes :

 

F1 : fréquence relative exprimée en pourcentage ;

 

ni : effectif correspondant à chacune des variables ;

 

Ni : effectif total ou taille de l’échantillon.

 

 

2.2. Présentation de l’échantillon

 

 

Tableau n°2 : Répartition des enquêtés selon leurs tranches d’âge

 

 

Age

Fréquence

Pourcentage

15-30

12

24

31-45

23

46

46-60

10

20

61-75

5

10

Total

50

100

 

Il ressort, de ce tableau, que 12 enquêtés, soit 24 %, ont l’âge variant

 

entre 15 et 30 ans ; 23 sujets, soit 46 %, nous ont fait connaître qu’ils ont la


 

tranche d’âge allant de 31 à 45 ans ; 10 sujets, soit 20 %, sont âgés de 46 à 60 ans ; et 5 sujets, soit 10 %, ont l’âge compris entre 61 à 75 ans.

 

Tableau n°3 : Répartition des enquêtés selon le sexe

 

 

Sexe

Fréquence

Pourcentage

Masculin

35

70

Féminin

15

30

Total

50

100

 

Ce tableau nous montre que 35 sujets, soit 70 % de nos enquêtés sont du sexe masculin ; et 15 sujets, soit 30 % du sexe féminin.

 

Tableau n°4 : Répartition des enquêtés selon leurs groupements

 

 

Groupements

Fréquence

Pourcentage

Zabu

16

32

Buba

9

18

Ugwaro

9

18

Uconji

7

14

Mbr’bu

5

10

Linga

4

8

Total

50

100

 

Il est observable dans ce tableau que, 16 sujets, soit 32 %, sont du Groupement Zabu ; 9 sujets, soit 18 %, vivent dans le Groupement Buba ; 9 sujets, soit 18 %, appartiennent au Groupement Ugwaro ; 7 sujets, soit 14 %, résident dans le Groupement Uconji ; 5 sujets, soit 10  %, sont citoyens du Groupement Mbr’bu ; et 4 sujets, soit 8 %, habitent au groupement Linga.

 

SECTION 2. CHOIX DE L’INSTRUMENT D’ENQUETE

 

 

2.1. Administration du questionnaire

 

 

Nous avons administré notre questionnaire aux populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi. Cependant, nous n’avons choisi que six des groupements qui composent cette Collectivité-Secteur.

 

Nous avons, à cet effet, administré un questionnaire écrit à certains enquêtés et nous avons posé aux autres, les mêmes questions, mais oralement pour qu’ils puissent y répondre. Nous avons conçu nos questions de deux manières :  d’une  part, les questions  fermées ; et, d’autre  part, les questions


 

ouvertes. Les premières sont celles qui demandent de répondre par oui ou non. En revanche, les secondes sont des questions sur lesquelles chaque enquêté est libre de donner ses idées et opinions.

 

2.2. Dépouillement des réponses de nos enquêtés

 

 

Nous allons, dans les lignes qui suivent, représenter les avis de nos enquêtés par rapport à leur implication dans le processus du développement de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi.

 

Les données recueillies auprès des sujets ont été dépouillées par le procédé de comptage. Nous avons jugé de traiter nos données en tenant compte des réponses et de l’échantillon. Nous avons, à cet effet, recouru à la formule de taux que nous avons représentée ci-haut pour que ce traitement soit possible.

 

SECTION 3. PRESENTATION DES DONNEES, ANALYSE ET DISCUSSIONS DES RESULTATS

 

Il s’agit, dans cette section, de présenter les données que nous avons

 

recueillies auprès de nos enquêtés.

 

Tableau  n°5.  Question :  Etes-vous  sensibilisé  par  les  autorités  de  la Collectivité-Secteur à participer au processus du développement de cette dernière ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Oui

31

62

Non

19

38

Total

50

100

 

Il ressort, de ce tableau, que 31 sujets, soit 62 %, se disent être sensibilisés par les autorités de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi à participer au développement de cette dernière ; alors que 19 sujets, soit 38 %, disent qu’ils ne sont pas sensibilisés à cet effet.


 

Tableau n°6. Question : Participez-vous au processus du développement de

 

la Collectivité-Secteur ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Oui

40

80

Non

10

20

Total

50

100

 

Ce tableau nous montre que 40 enquêtés, soit 80 %, déclarent qu’ils participent  au  processus  de  développement  de  leur  Collectivité-Secteur ;  10 enquêtés, soit 20 %, en revanche, nous font savoir qu’ils ne participent pas à ce processus.

Tableau  n°7.  Question :  Etes-vous  informé  par  les  autorités  de  la Collectivité-Secteur  par  rapport  à  ce  qui  se  passe  au  sein  de  cette dernière ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Oui

14

28

Non

23

46

Indécis

13

26

Total

50

100

 

Il est observable dans ce tableau que, 14 sujets, soit 28 %, affirment qu’ils sont informés par les autorités par rapport à ce qui se passe au sein de la Collectivité-Secteur ; 23 sujets, soit 46 %, disent qu’ils ne sont pas informés ; et

13 sujets, soit 26 % se montrent hésitants à cet effet.

 

Tableau n°8. Question : Etes-vous satisfait des informations provenant de la Collectivité-Secteur ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Tout à fait

8

16

Assez

19

38

Pas du tout

17

34

Pas d’avis

6

12

Total

50

100

 

Il ressort, de ce tableau, ce qui suit : 8 enquêtés, soit 16 %, se disent totalement satisfaits par ces informations ; 19 sujets, soit 38 %, se déclarent


 

assez satisfaits ; 17 sujets, soit 34 %, ne sont pas du tout satisfaits ; 6 sujets, soit 12 %, s’abstiennent à cette question.

Tableau n°9. Question : Comment évaluez-vous les informations provenant de la Collectivité-Secteur ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Bonnes

11

22

Assez bonnes

20

40

Mauvaises

13

26

Pas d’avis

6

12

Total

50

100

 

On observe, dans ce tableau, que les informations provenant de la Collectivité-Secteur sont jugées bonnes par 11 sujets, soit 22 % ; assez bonnes par 20 sujets, soit 40 % ; mauvaises par 13 sujets, soit 26 %. Cependant, 6 sujets, soit 12 %, ne donnent aucun avis par rapport à cette question.

Tableau n°10. Question : Portez-vous vos préoccupations à la connaissance des autorités de la Collectivité-Secteur ?

 

 

Réponses

Fréquence

Pourcentage

Oui

37

74

Non

13

26

Total

50

100

 

Ce tableau nous fait savoir que 37 enquêtés, soit 74 %, portent leurs préoccupations à la connaissance des autorités de la Collectivité-Secteur. Ce qui n’est pas le cas pour les 13 autres sujets, soit 26 %.

 

Conclusion partielle

 

Ce dernier chapitre de notre travail a porté sur la présentation des données, l’analyse et l’interprétation des résultats. Il est subdivisé en trois sections. La première, portant sur le protocole méthodologique, nous a permis de définir notre population d’étude et de présenter l’échantillon sur lequel elle a porté ; la deuxième, traitant de choix de l’instrument d’enquête, nous a donné l’opportunité de montrer la manière dont notre questionnaire était administré et de dire comment les réponses de nos enquêtés ont été dépouillées ; et, enfin, dans la troisième, nous avons présenté les données que nous avons recueillies auprès de nos enquêtés.


CONCLUSION GENERALE

 

 

Nous voici au terme de notre étude qui a porté sur le « Rôle de la communication  dans  la  participation  active  des  populations  pour  le développement durable de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi ».

 

Fondamentalement, il était question de savoir si les populations de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi sont sensibilisées par les autorités à participer au développement, si elles y participent réellement et, enfin, de savoir ce dont dépend cette participation.

 

 


 

 

lesquelles :


Face à ces préoccupations, nous avons émis les hypothèses selon


 

 

-   Les  populations  de  la  Collectivité-Secteur  des  Walendu  Pitsi  seraient sensibilisées par les autorités de ladite Collectivité-Secteur à participer au processus de développement ;

-   Les    populations    de    cette    Collectivité-Secteur    participeraient    au développement de cette dernière ;

-   Cette  participation  dépendrait  de  lactivité de  tout  un  chacun  dans  la société.

 

Les objectifs que nous nous sommes assignés à travers cette étude sont  de  déterminer  l’importance  de  l’implication  des  populations  dans  le processus du développement durable, en général, et d’examiner le degré de cette implication dans la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, en particulier.

 

Pour tester nos hypothèses, nous avons administré un questionnaire à 50 personnes que nous avons choisies dans les six de onze groupements qui composent la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi. Il s’agit des groupements

Zabu, Uconji, Buba, Mbr’bu, Ugwaro et Linga.

 

 


 

 

suivants :


Ainsi, après analyse des données, nous avons abouti aux résultats


 

 

    En ce qui concerne la sensibilisation des populations par les autorités à participer au processus du développement de la Collectivité-Secteur des Walendu Pitsi, 62 % affirment qu’ils sont sensibilisés à cet effet, alors que

28 % ne sont pas sensibilisés ;


 

%  participent  au  développement,  alors  que  20  %  disent  qu’ils  n’y

 

participent pas ;

 

    Par rapport à la question relative à l’information des populations par les autorités, 28 % affirment qu’ils sont informés ; 46 % disent qu’ils ne sont pas informés ; 26 % expriment un doute ;

    Partant de la question ayant trait à la satisfaction des populations par les informations provenant de la Collectivité-Secteur, 16 % se déclarent totalement satisfaits par celles-ci ; 38 % déclarent être assez satisfaits ; 34

% ne sont pas du tout satisfaits et 12 % n’expriment pas leurs opinions par rapport à cette question ;

    Pour ce qui est de lévaluation de ces informations, elles sont jugées bonnes par 22 % ; assez bonnes par 40 % ; mauvaises par 26 % ; 12 % n’ont pas d’avis par rapport à cette question ;

    En rapport avec la question de savoir si les populations portent leurs préoccupations à la connaissance des autorités de la Collectivité-Secteur,

74 % portent leurs préoccupations à la connaissance de ces dernières, alors que 26 % ne le font pas.

 

Ces résultats confirment nos trois hypothèses que nous avons précitées ci-haut.