Bonjour, nous sommes le 25/08/2019 et il est 00 h 47.


L’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication « NTIC » amène les professionnels de la comptabilité à réexaminer leur cadre de travail et de réflexion dans tous les domaines de la gestion. La comptabilité est un domaine qui a subi plusieurs transformations significatives et remarquables depuis son apparition en Egypte durant le troisième millénaire avant Jésus – Christ.


Du papyrus aux tablettes numériques en passant par Luca PACIOLI , voici un bref aperçu historique de la Comptabilité, bête noire de nombreuses personnes.



Parlant de la Comptabilité qui est « un système d'information permettant de rassembler et de communiquer des informations à caractère essentiellement financier, le plus souvent chiffrées en unités monétaires, concernant l'activité économique des entreprises et des organismes. Ces informations sont destinées à aider les personnes intéressées à prendre des décisions économiques, notamment en matière de répartition des ressources. » , Nous ne prêtons pas toujours attention à son histoire pourtant son invention précéderait celle de l’écriture en retrouvant des papyrus contenant des informations comptables qui prenaient forme des entrées et des sorties de fonds. Sa renaissance eut lieu à la fin du quinzième siècle par le biais du Prêtre Franciscain Luca PACIOLI, considéré comme « père fondateur de la comptabilité moderne », à qui nous devons la comptabilité en partie double , le journal, le grand – livre ainsi que la balance.



C’’est ainsi qu’’en RDC, plus précisément dans le Kongo Central, beaucoup d’’experts (wwf) affirment que la cause la plus redoutable de la déforestation est sans conteste l’’agriculture itinérante sur brûlis. Sans donner leurs proportions respectives, ils présentent et localisent les autres causes dans l’’ordre d’’importance ci-après : les scieurs de long et industriels de bois dans les campagnes, d’’une part, et les fabricants de braises et feu de brousse dans les périphéries des villes, d’’autre part.



Certes, outil de base de l’économie et de la gestion, elle a subi une mutation remarquable et a été renforcée suite à son adaptation au monde moderne grâce à l’avènement de l’Informatique et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.



Depuis l'arrivée des technologies informatiques, les professionnels de la comptabilité notamment les Réviseurs Comptables , Experts – Comptables et Comptables étaient parmi les premiers à avoir installé un ordinateur sur leur bureau alors qu'elles étaient des technologies en voie de développement, ils ont pu s'adapter à chaque étape et suivre les évolutions rapides de ces technologies. D’où, l’entrée des NTIC les a poussés à des changements profonds en subissant une informatisation de la Comptabilité et une dématérialisation des données.

Aujourd'hui avec l'arrivée des Nouvelles Technologies de l'Information et de Communication, la profession est en train de vivre un nouveau défi qui consiste à introduire ces technologies dans les méthodes de travail et à chercher les ressources pour offrir un rendement meilleur, adéquat et remarquable tout en surmontant les contraintes liées à ces nouvelles données subies par la Comptabilité outil de base de l'économie.



Cependant, en ce 21ème siècle avec l'avènement des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication « NTIC », il est reconnu que la vétusté des compétences est plus vite atteinte par rapport aux siècles précédents, notamment les 19ème et 20ème siècles où les compétences avaient déjà existées pendant des décennies. Dans un environnement très concurrentiel et compétitif, une plus grande attention devrait être accordée aux NTIC à la gestion et au perfectionnement dans les entreprises.



Ledit avènement prend une importance grandissante de nos jours, cela est dû à la nécessité d'une adaptation permanente de plus en plus rapide et réactive de l'entreprise moderne et des hommes aux environnements techniques, économiques, politiques et sociaux afin d'atteindre les objectifs de performance, d'où une compétitivité.





D’orès et déjà, se servant desdites technologies à leur portée pour simplifier, faciliter et améliorer la saisie comptable pour les entreprises et d’attirer la clientèle (pour les Cabinet), nous voyons apparaître sur internet des Cabinets d’Audit, de Révision, d’Assistance, d’Expertise Comptable et Conseil en Gestion online.



Ainsi, le Conseil Permanent de la Comptabilité au Congo « CPCC » en sigle, créé par Ordonnance N° 75 – 024 du 03 février 1975, organe d’avis et de conseil du gouvernement spécialisé dans le domaine de la Comptabilité et chargé de la promotion et du développement de la profession comptable au Congo jouissant d’une autonomie administrative et financière, placé sous la tutelle du Ministère des Finances, organe technique d’appui, régulateur et normalisateur de la Comptabilité au sein de la République Démocratique du Congo, ne reste pas opaque ni statique à l’égard de l’évolution technologique qui avance avec une vitesse de croisière en publiant ses informations en ligne.


2. PROBLEMATIQUE

L’histoire de l’humanité a notamment été marquée par le phénomène de la mondialisation, de la modélisation et de l’harmonisation de l’économie depuis plus d’une décennie ; qui a diversement transformé la vie quotidienne des personnes tant physiques que morales. Aujourd’hui, dans un contexte économique constamment en mouvement, instable et imprévisible, les entreprises ont de plus en plus besoin de s’adapter aux modifications de l’environnement et à l’évolution technologique.

La profession comptable qui se trouve au cœur de l'activité économique ne pourrait rester à l'écart d'une telle révolution.



Jadis, tenus à la main, les travaux de la comptabilité étaient pénibles, fastidieux et prenaient un maximum de temps pour leur réalisation surtout lors des travaux de clôture comptable afin de présenter les états de synthèses. Réfléchissant sur cette situation, nous nous sommes posé alors la question principale suivante à laquelle ce travail apporte quelques éléments de réponse : contraint par l’évolution et le progrès technologique, quelle est la contribution des NTIC dans la profession comptable ? Cette question est mieux comprise à travers les sous-questions suivantes :



- De quelle manière sont appliquées les NTIC en Comptabilité ?
- Quel est l’apport des NTIC dans la profession comptable ?
- Quel est l’impact des NTIC dans l’organisation et la gestion comptable des entreprises ?
- Quels sont les avantages, les opportunités et innovations desdites technologies ?



Le développement de cette étude tente d’apporter des réponses à ces interrogations.




3. INTERET DU SUJET

En optant pour ce sujet, notre souci principal est d’apporter notre modeste contribution en décrivant l’opérationnalisation des NTIC au sein de la profession comptable en RDC.

Cette étude permettra de savoir ce que les NTIC ont apporté ainsi que leur impact et leur application, les avantages, les opportunités et les innovations qu’elles offrent à l’outil de gestion congolaise pour son optimisation et sa performance. Pour nous-mêmes, elle nous permettra de maîtriser d’autres fruits inhérents des NTIC en approfondissant nos connaissances comptables.



Aussi, elle constitue pour les professionnels de la Comptabilité, l’Etat, les bailleurs des fonds et les partenaires, les entreprises, la tutelle, les administrations, voir même le public, un instrument de référence pour rendre aisée la lecture et la compréhension des enjeux encourus des NTIC au sein de la Profession Comptable congolaise.


CHAPITRE II : INFORMATISATION COMPTABLE

La modélisation et l’intégration des systèmes comptables ne pourraient avoir lieu sans une automatisation maximale des traitements et des processus économiques de l’entreprise. A cet égard, l’informatisation des systèmes comptables constitue un passage obligé dans la structuration de la base d’informations financières de l’entreprise. De surcroit, on ne saurait envisager le modèle comptable indépendamment des autres systèmes informatisés tant ceux-ci sont étroitement liés. En particulier, les apports des nouvelles technologies de l’information ont contribué à rendre plus transversale la gestion des données à l’intérieur de l’entreprise et à faciliter les échanges informationnels avec les acteurs externes. Dans ce contexte, les ressources informatiques et technologiques apparaissent véritablement comme un des leviers d’amélioration de la qualité de la production comptable.



C’est pourquoi, tout projet d’informatisation comptable doit être pris en compte, à sa juste valeur, aux différents niveaux de la mise en œuvre des systèmes comptables. C’est-à-dire, aussi bien, en amont, lors de la phase d’étude préalable, de conception ou de sélection comme en aval, lors des étapes de paramétrage et de démarrage du système. Au-delà de la démarche, le recours aux NTIC doit être murement réfléchi dans la perspective d’une optimisation de la gestion et des échanges de données. De la même manière, la normalisation du référentiel ne devra pas être omise afin d’assurer la stabilisation du système dans le temps.



Dans ce chapitre, nous aborderons, tout d’abord, l’organisation comptable dans un environnement informatisé en démontrant les modalités d’enregistrement des opérations comptables et le traitement comptable informatique des opérations. Ensuite, nous évoquerons les différentes manières de vérification et de contrôle des Comptabilités en Fiscalité et en Audit et Révision des Comptes. Enfin, nous allons expliciter et signaler les principaux apports et impacts des Nouvelles Technologies de l’Information, ses avantages et spécificités ainsi que les opportunités et innovations qu’elles offrent lors de leur application.


Section 1 : Les systèmes informatico – comptables

Le développement de l’informatique et l’émergence des systèmes informatico – comptables ont obligé les gestionnaires à s’interroger sur la nature de cette ressource rare qu’est l’information, sur les conditions de sa production, sur son rôle dans le processus de décision.72

On est passé progressivement d’une approche purement technique, consistant à considérer l’informatique comme le moyen d’automatiser certaines tâches répétitives (faire la paie, éditer un grand – livre, faire la facturation, etc.) à une approche beaucoup plus théorique replaçant l’organisation du traitement de l’information en temps réel dans une vision systémique du processus de gestion. Les systèmes d’information constituent maintenant une discipline académique à part entière, au même titre que la Finance, la Comptabilité, la Gestion des Ressources Humaines ou le Marketing. Ils sont, en effet, devenus objets d’étude, et fournissent l’une des bases conceptuelles nécessaires à la conception des systèmes d’information comptables et de contrôle de gestion.


1. Organisation comptable informatique

Le mode d’organisation de la Comptabilité de l’entreprise résulte dans sa majeure partie de la normalisation comptable en vigueur dans notre pays. Ainsi, les Comptabilités des entreprises sises en République Démocratique du Congo sont organisées en vertu des articles 14 à 24 de l’Acte Uniforme Révisé Relatif au Droit Comptable et à l’Information Financière et Système Comptable OHADA.



L'organisation comptable mise en place dans l’entité doit satisfaire aux exigences de régularité et de sécurité pour assurer l'authenticité des écritures de façon à ce que la comptabilité puisse servir à la fois d'instrument de mesure des droits et obligations des partenaires de l’entité, d'instrument de preuve, d'information des tiers et de gestion. Lorsqu'elle repose sur un traitement informatique, l'organisation comptable doit recourir à des procédures qui permettent de satisfaire aux exigences de régularité et de sécurité requises en la matière telles que prescrites à l’article 22 dudit acte uniforme. L'organisation comptable doit assurer :



Pour maintenir la continuité dans le temps de l'accès à l'information, toute entité établit un manuel décrivant les procédures et l'organisation comptables. Ce manuel, mis à jour périodiquement est destiné à garantir le caractère définitif de l'enregistrement des mouvements. Il est conservé aussi longtemps qu'est exigée la présentation des états financiers successifs auxquels il se rapporte.



D’où, intervient la treizième balance ou balance après inventaire qui comportera les informations de la balance avant inventaire et les informations d’inventaire (différences d’inventaires constatées dans le PV d’inventaire). Ce qui servira à l’entreprise de d’établir les documents de synthèses, par le biais des professionnels de la Comptabilité qui peuvent être salariés au sein de la société liés par un contrat de travail ou un prestataire indépendant (Expert – Comptable lié par les termes de référence), selon les prescrits du Droit Comptable OHADA à l’exception des entités visées à l’article 586 du Droit Comptable OHADA.

Télécharger le travail