Par Ngwanga

Du point de vue de leurs notions, les violences et voire de fait ainsi que les coups et blessures constituent dans las atteintes corporelles à la vie humaine. En effet, dans les voies de fait, on doit soit souiller, soit incommoder une personne. Le fait pour une maman de Peter les eaux Isée ou sales sur le véhicule d’un concurrent de son mari ne constitue aucunement l’infraction de violences et voire de fait.

Néanmoins la victime aura gain de cause au civil (réparation de dommage) art.258 et les suivants. De même avec les coups et blessures qui, pour être qualifiés ainsi ne doivent pas être administrés à un être vivant autre que la personne. C’est ainsi que ne constituait pas l’infraction prévue à l’art. 46, les coups administrés à une chèvre de son voisin b routant les maniocs de la victime.

Cette infraction est celle qui organise la notion de coups et blessures au premier degré, c’est-à-dire, à une échelle très basse. En effet, au regard de l’art.46 CP »quiconque a volontairement fait des blessures ou porter des coups est puni d’une servitude pénale de huit jours à six mois et d’une de ces peines seulement.

Télécharger le travail