Bonsoir, nous sommes le 11/12/2017 et il est 19 h 14.

Notre étude porte sur les choix rédactionnels susceptibles d’être adoptés par un journal pour le traitement des informations pendant un événement jugé important. Nous voulons appliquer cette étude spécialement au Journal du Citoyen (JDC), média d’éducation civique paraissant à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Le Journal du Citoyen est un hebdomadaire qui sert de journal école à la faculté des sciences de l’information au sein de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC).


Notre étude voudrait alors examiner les genres journalistiques que cet hebdomadaire a le plus utilisés pour le traitement des informations électorales lors de la présidentielle et des législatives de novembre 2011, en République Démocratique du Congo.



La dernière élection présidentielle ainsi que les législatives tenues en novembre 2011, en République démocratique du Congo a été sujet d'une très grande couverture médiatique, particulièrement dans la presse écrite de Kinshasa. Les informations généralement exploitées par la presse Kinoise concernant ces élections avaient une source exclusivement politique au regard des contacts établis par la presse, et même des actes posés par les acteurs politiques de la majorité présidentielle et de l’Opposition.



La Commission Nationale Electorale Indépendante (CENI), la Société civile, les chancelleries occidentales ainsi que les organismes internationaux basés en RDC ont constitué pour la presse de Kinshasa d’autres sources d’information pendant cette période du processus électoral.



Les informations, telles qu’exploitées par différents journaux de la place pendant cette période, ont rarement revêtu le caractère d’information de stricte actualité. Plutôt que de livrer l’essentiel de l’information, la presse de Kinshasa était plus versée dans le commentaire, à travers des analyses, des chroniques, des caricatures et même des éditoriaux orientés, dévoilant par moment ses tendances et obédiences politiques ou idéologiques.



A l’initiative de l’Institut Panos Paris (IPP), une ONG internationale travaillant pour le développement du secteur de la presse en RDC, le Journal du Citoyen, qui est le journal école de l'IFASIC, a pris une part active dans l'exploitation de la couverture du processus électoral qui devait conduire le pays vers le double scrutin présidentiel et législatif de novembre 2011.

A cet effet, huit éditions «Spéciale Elections» ont été réalisées par le JDC, en collaboration avec certains journalistes professionnels qui ont encadré des étudiants en journalisme de l’IFASIC pour la collecte des informations sur terrain.



Comparativement à celui de la presse locale en général, en matière de traitement de l’information électorale, le JDC a été caractérisé par une diversification des genres journalistiques.



Notre étude voudrait cerner l’importance du choix rédactionnel en tant que l’une des techniques que la profession utilise pour faciliter le traitement d’un sujet important d’actualité lorsque l’on veut que l’information qui sera livrée soit la plus facile à comprendre.





Des travaux antérieurs ont déjà scruté le sentier de la réflexion sur la presse et les élections. Un inventaire rapide nous a permis d’en retenir deux travaux portant sur la situation de la presse congolaise en période électorale.



La première étude est le travail de fin de cycle de Moïse Babungi Nsae intitulé «Rôle de la presse pendant la période des élections» ; cas du Journal du Citoyen(1). Dans ce travail, l'auteur se pose la question suivante : quelles sont les stratégies utilisées par le Journal du Citoyen pour conscientiser le 2,8 millions de citoyens enrôlés dans le choix des candidats ? ( )En guise d’hypothèse, il postule que la publication par semaine des informations de la CEI était le socle de la conscientisation. Cette hypothèse a été vérifiée et validée grâce à une méthode analytique, appuyée par les techniques documentaire et d’analyse de contenu.

La deuxième étude, un mémoire de licence en journalisme, a été réalisée à L’IFASIC par Luc Museiengu Miridona(2) . Intitulé «La presse congolaise en période électorale, caractéristiques marquante et situation du journaliste», cette enquête journalistique, s’est posée la question de savoir quelle a été la situation professionnelle des journalistes en période électorale.

Il a émis l’hypothèse selon laquelle la situation du journaliste en période électorale est restée de façon générale critique ; elle s'explique par l'insuffisance des matériels de travail, de difficultés d'accès aux sources officielles, du respect strict de la ligne éditoriale. La méthode descriptive appuyée par une enquête journalistique lui a permis de valider son hypothèse.



La spécificité de notre travail réside dans le fait que nous voulons souligner l’importance du choix de certains genres journalistiques pour un meilleur traitement de l’actualité par un média réputé d’éducation citoyenne. D’où notre question de recherche formulée de la manière suivante: quels sont les principaux genres journalistes utilisés prioritairement par le Journal du Citoyen (JDC) pour traiter les faits afin d’informer assez objectivement l'opinion sur la présidentielle et les législatives de novembre 2011 ?



Le Journal du Citoyen a vu le jour le 30 septembre 2005, c’est un projet de l’Institut Panos Paris (IPP), sous la direction de Philipe Book, consultant belge venu du journal le «Soir». Ce journal a été créé surtout pour promouvoir l’information, pour informer des procédures et du déroulement des élections de 2005 à 2007, en RDC dont le contexte socio-politique était marqué par des turbulences politiques. Il est resté un supplément d’information électoral de sept journaux partenaires sélectionnés au départ pour relayer, sous forme d’encartage, l’information produite par le Journal du Citoyen en vue d’une large diffusion. Il s’agissait de : Le phare, la Tempête des tropiques, L’Observateur, La Référence plus, The Post et l’Agence de presse associé.

En province le relais a été assuré par six journaux, en l’occurrence, Le Thermomètre de Kisangani (Province Oriental), L’aurore de Bukavu, Les Peuples souverains de Goma (Nord-Kivu) et au Katanga dans les journaux Inter Midi, Mukuba et la Fraternité. Publié sur 4 pages, le Journal du Citoyen a été inséré chaque semaine dans les sept journaux partenaires de Kinshasa qui sont payés à la pige.

A l’époque (2005), le projet Journal du Citoyen a été financé par quatre bailleurs de fond, il s’agit notamment des Coopérations canadienne (ACDI), britannique, belge (gouvernement DGCO) et de la Belgique francophone (APEFE).

De 2005 à 2007, le journal se met en supplément d’information d’éducation civique. En 2007, la mutation du Journal du Citoyen en Journal école se concrétise sous la tutelle de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC) où il est actuellement logé (précisément dans le département de journalisme) et dirigé par un administrateur, membre du corps scientifique et enseignant du cours de Méthodologie de l’information/Presse écrite.

Depuis, à l’IFASIC, le journal est animé par les étudiants de 2ème licence de journalisme/Presse écrite qui ont été rejoints quelques années plus tard par leurs collègues de 1ère licence et ceux du département de Multimédia.

En novembre 2011, à la faveur des dernières élections l’Institut Panos Paris fera recours aux journalistes professionnels des journaux partenaires pour animer pendant la période électorale, 8 éditons spéciales en rapport avec la présidentielle et les législatives de 2011, et en même temps encadrer les étudiants finalistes en journalisme de l’IFASIC. Cette opération sera reconduite au début du mois d’août 2012 jusqu’à ce jour.











Télécharger le travail