Bonsoir, nous sommes le 28/06/2017 et il est 22 h 59.

Dans la société humaine, la communication se révèle comme un élément indispensable pour la survie et l’évolution de cette dernière. Elle est également au centre de toute activité humaine, du fait que tout ce que l’homme entreprend au sein d’une société est lié à la communication. Autant donc affirmer à la suite de Jean-Chrétien Ekambo Duasenge que « la communication est socio-gène ».


Les communautés humaines évoluent aujourd’hui dans un environnement de nature à favoriser l’existence de rapports harmonieux entre les membres. De ce fait, elles recourent aux moyens de communication qu’utilise cette communauté pour créer un climat d’entente entre ses membres, développer un esprit de collaboration, se faire connaître et véhiculer son idéologie.



Notre problème général de recherche réside dans le fait qu’on ne connaît pas les différents messages transmis par le rituel liturgique au sein d’une église.



L’inventaire des études antérieures renseigne Qu’Angi Ngiangisilu a réalisé un travail intitulé « Les stratégies de communication des communautés religieuses noires d’Afrique », cas de B.D.K et VU.VA.MU. L’auteur s’est posé la question de savoir : comment les communautés religieuses d’inspiration Africaine en l’occurrence B.D.K et VU.VA.MU procèdent-elles pour recruter les adeptes et accomplir leurs prédications ?



Dans son hypothèse, il a affirmé qu’une organisation qui ne dispose pas des moyens nécessaires pour sa stratégie de communication se contente d’une stratégie basée sur les mécanismes informels de communication. L’auteur a conclu que pour atteindre une bonne stratégie de communication, les communautés religieuses doivent successivement identifier la cible, déterminer les objectifs, concevoir le message et surtout mesurer les résultats et coordonner l’ensemble des actions de communication.



Un autre chercheur du nom de Paulette Lamba Suamunu a réalisé un travail qui s’intitule : « Communication Interne à la Communauté Baptiste du Congo », C.B.CO en sigle. L’auteur pose la question de savoir : comment la communication participe-t-elle à la résolution des conflits au sein de la communauté baptiste du Congo (CBCO) ?

Il est parti de l’hypothèse selon laquelle la communication est utilisée dans la résolution de conflit, l’absence de dialogue et de cadre de concertation influent négativement au sein d’une même organisation.



Au terme de cette recherche, l’auteur a conclu qu’il serait important pour le CBCO de mettre en place une structure de communication, car c’est à elle que revient la tâche d’organiser la communication devant toutes les autres formes de concertation entre différents membres de l’Eglise.



Notre préoccupation est centrée sur les pratiques communicationnelles utilisées lors du rituel liturgique au sein de l’église Saint Charles Loanga.





Ainsi notre question de recherche est formulée de manière suivante : « Est-ce que le rituel liturgique chez les catholiques en général et à l’église Saint Charles Loanga constitue-t-il un espace communicationnel ?



Deux raisons étaient à la base de la création de la paroisse Saint Charles Loanga. D’une part, le débat sur la théologie africaine et sur l’africanisation de l’église. D’autre part, c’était la fête qui s’approchait de la canonisation des vingt deux martyrs de l’Ouganda le18 octobre 1964 par le Pape Paul VI. Voilà les deux motivations qui ont poussé le père Louis de Boeck à créer la paroisse Saint Charles Loanga en 1960. C’est la première paroisse catholique à travers le monde entier précisément en Afrique et dans l’archidiocèse de Kinshasa portant le nom d’un martyr ougandais africain .

Cette initiative est l’œuvre du Père Louis de Boeck qui avait décidé de la construction d’une église dédiée à un martyr africain. Ce dernier a financé le projet de la construction de l’édifice et conçoit lui-même l’architecture de l’église. Le choix du nom est motivé par le souci de l’africanisation de l’Eglise. Cet édifice est construit en style antique, différent du style romain d’autres Eglises ; la contrepartie locale étant constituée de la main d’œuvre des ouvriers autochtones, des chrétiens de l’Eglise, des élèves des écoles, Sainte claire et saint Cassien.

Le Pape Paul VI avait proclamé Saint Charles Loanga au rang de martyr c’est parce qu’il a reconnu au nom de l’église entière et la grandeur héroïque de ce martyr, il était le chef de fil d’un groupe de 22 chrétiens ougandais martyrisés, qui ont donné leur vie pour la foi (Apostasie) et ont accepté de mourir atrocement dans les flammes de feu.



La bénédiction de la paroisse a eu lieu en 1962 par Monseigneur Félix Scalais et la pose de la première pierre par son Eminence le Cardinal Etsau. Ce sont les missionnaires Scheutistes blancs qui l’ont dirigé depuis sa création jusqu’à l’indépendance.



La paroisse Saint Charles Loanga est limitée à l’Est par l’avenue du 24 novembre à l’ouest par l’avenue Inga par l’avenue Kasavubu et au nord par l’avenue Mika .

Nous avons dans cette liste les révérends pères suivants :
1. Louis De Boeck premier curé en 1959
2. Yves Tuercynks curé en 1966
3. Goonsens vicaire
4. Abbé André Etiev
5. Paul Le Poutre 1973
6. Abbé Michel Gérard 1976 et de 1976 à nos jours

Plusieurs travaux ont été organisés tout au long des leurs mandats. Le père De Boeck, associé à la création de la paroisse n’avait ni conseil paroissial, ni équipe pastoral. Il prenait des décisions seul. Il fut aussi conseillé du Cardinal Malula et était aussi contre les constructions des grandes paroisses, selon lui, il en fallait de petites dissimulées à travers les quartiers. Notons aussi que nous avons des chrétiens qui participent aux activités organisées à la paroisse, mais ils habitent les abords et les limites de la paroisse faisant partie de la commune de Ngiri-Ngiri et de la paroisse Saint Michel de bandangwa

Actuellement la paroisse est dirigée par deux pretres qui constituent l’équipe sacerdotale. Les activités paroissiales sont menées avec l’appui d’un conseil paroissial comprenant des commissions et groupes à charisme propre .

Comprend l’équipe sacerdotale, les commissions et les mouvements à charisme propre. Les commissions et autres services de la paroisse sont dirige par les laïcs comme responsable. La commission et groupes pour trois ans renouvelable une seule fois ; le responsable d’une CEVB est désigne par l’ordre issue de vote. Le conseil ce réuni en séance ordinaire une fois le mois et en déance extraordinaire s’il ya urgence sur convocation du curé.

La paroisse Saint Charles Loanga compte 15 commissions dans laquelle chaque président représente sa commission lors des réunoins du Conseil paroissial.











Télécharger le travail