Bonsoir, nous sommes le 21/06/2018 et il est 22 h 04.


L’histoire de la BCDC remonte aux premières années de création de la République Démocratique du Congo (RDC en sigle), et est directement liée à la création du système Bancaire Congolais. En effet, dès 1908, au sein de la Banque d’outre-mer qui groupait les plus importants établissements financiers en Belgique était née l’idée de créer une banque au Congo vue que celle-ci serait remise à la Belgique. Il a fallu attendre 24 ans plus tard, soit le 11 janvier 1909 pour voir créer la première Banque du pays sous la dénomination de la Banque du Congo Belgique, BCD en sigle (l’actuel BCDC), société anonyme au capital de deux million de francs Belges dont les principaux actionnaires sont : la Banque d’outre-mer, la compagnie du Congo pour le commerce et industrie, la Banque de Bruxelles, la Banque de Paris et des pays bas etc.


Mais le 27 février 1909, l’assemblée générale porta le capital de deux millions de francs à trois millions des francs dont les principaux souscripteurs furent la société générale de Belgique, et la société commerciale et finance africaine. A cette époque la banque ne comptait que trois employés et elle occupait deux pièces dans l’immeuble de la Banque d’outre-mer, sis 48, rue Namur à Bruxelles.



Mais plus tard, les dirigeants de la Banque du Congo Belge décidèrent d’établir la première agence à Matadi, non seulement parce que c’est était un centre commercial relativement actif et le port le plus important, mais surtout parce que la Banque pouvait y compter sur la clientèle et l’aide de la compagnie du chemin de fer du Congo. Ils ont ensuite étendue la Banque à Elisabethville le 28 octobre 1909 et à Léopoldville le 1èr août 1910. Au cours de sa première année d’existence, la Banque ne reçut qu’une demande de crédit qui émanait d’une mission Portugaise établie à Boma.



En date du 7 juillet 1911 intervint la signature de la convention entre la colonie du Congo Belge et la BCB qui accorda à celle-ci l’autorisation d’émettre les billets de banque, rôle d’institut d’émission. Ladite convention fut ratifiée par un décret promulgué le 18 juillet 1911. Le 10 août 1911, une assemblée générale extraordinaire de la banque tint à son siège, décida de porter le capital de trois à cinq millions de francs et de supprimer le statut primitif en le remplaçant par un texte nouveau, conforme aux conventions passées avec les colonies. Le jour même où la banque du Congo Belge s’est dotée d’un nouveau statut restreignant considérablement ses possibilités d’action, une autre banque se constituait à son initiative.

C’est la banque Commerciale du Congo don t l’objet était de reprendre les opérations auxquelles la B.C.B devait renoncer. Ainsi, le système bancaire Congolais était complet avec un institut d’émission et une banque de dépôt.


I.2. Forme juridique et situation géographique

Son siège social est situé au boulevard du 30 juin à Kinshasa, possède tout un réseau d’agence à travers le pays notamment à BENI, BUTEMBO, BUKAVU, FUNGURUME, GOMA, KANANGA, KISANGANI, KOLWEZI, LIKASI, LUBUMBASHI, MATADI et MBUJIMAYI.



I.3 Structure organique et fonctionnement



Au dessus des différentes directions de la BCDC se trouvent des organes d’admission, de gestion et de contrôle que sont :



 Le conseil d’Administration : qui comprend un président, un vice président et neufs administrateurs. Il est l’organe de décision ultime de la BCDC, exception faite pour des matières que le droit des sociétés ou les statuts réservent aux actionnaires. Il a des attributions, la responsabilité de la direction stratégique de la BCDC et du contrôle et de la conduite des affaires.





 Le comité d’audit et compliance : il est composé d’un président et des trois membres. Il a pour mission d’assister le conseil d’administration dans l’exercice de ses fonctions de surveillance et de suivi de contrôle interne au sein de la BCDC. Il exerce les contrôles suivants :



Construction de bâtiments de Cliniques Universitaires (Bloc C, hospitalisation privée et maternité privée) ; bâtiments du Réacteur atomique du Centre Régional d’Etudes Nucléaires de Kinshasa (CREN-K) ; salle de promotion MONEKOSO ; les Homes 1-10, 20, 30, 80, 150 et Vatican; les bâtiments du Groupe scolaire Mont Amba ; 7 bâtiments facultaires; bâtiments administratifs; 317 maisons de Professeurs ; bâtiment actuels de l’Intendance Générale et garage de 1’UNIKIN; bâtiments de CNPP; Centre hospitalier du Mont Amba; un collecteur de 1035m au CREN-K pour lutter contre les érosions; un caniveau B2 de 135 m sur la route de Home 30; un caniveau B2 de 395m avec accotements, traversées, bordures et trottoirs,...



 L’intégrité des états financiers et des communiqués de presse relatifs à performance financière de la BCDC,
 La qualité du processus d’audit externe,
 La qualité du processus d’audit interne (tous le cinq ans au moins, le comité d’audit et compliance organise une évaluation externe de qualité et participe à la nomination ou la révocation de l’auditeur général),
 La qualité du système de contrôle interne en général, et en particulier du système de gestion des risques et des procédures de contrôles de conformité aux lois, aux règlements et aux principes de bonne conduite des affaires à la BCDC.

 Le comité de direction : il est composé d’un président et de quatre membres, nommés sur opposition de l’Administrateur délégué par le conseil d’Administration. Il est responsable du respect de tout le législateur et réglementation en vigueur, et en particulier du respect du cadre juridique et réglementaire qui s’applique à la BCDC.

Son rôle consiste à gérer la BCDC dans le respect des valeurs, des stratégies, des politiques, des plans et des budgets arrêtés par le conseil d’Administration.


CHAPITRE II. DEROULEMENT DE STAGE

Nous avons effectué notre stage au 1er niveau de la Banque commerciale du Congo, du département des opérations et précisément de service clientèle et opérations locales au sein duquel nous avons été affecté ainsi que les activités qui se déroulent au sein de ce service. Le département des « opérations » est considéré comme la porte d’entrée de la Banque. En dehors de service clientèle et opérations locales, le département des opérations comprend le service des opérations internationales et le service caisse. Dans ce chapitre, nous allons parler du service clientèle et opérations locales (SCOL) qui fait l’objet de notre stage dans cette grande entreprise.

Toute personne qui désire entrer en relation avec la banque doit avoir un compte au niveau de la banque. Le demandeur remplit sas demande et dépose chez le gestionnaire de la banque dont la mission principale est de gérer le client au profit de la banque. Le demandeur est tenu de se former aux conditions préalables fixées par la banque.





Ces conditions se diffèrent selon qu’il s’agit d’une personne physique (particulier) ou d’une personne morale (la société commerciale), association, groupement professionnel ayant la personnalité juridique).

Une fois que les conditions sont réunies, le gestionnaire transmet le dossier au SCOL pour étudier et la contre vérification. Il transmet ensuite le dossier au service juridique pour les personnes morales et aux compliances de donner l’accord proprement dit.



















Télécharger le rapport