Bonjour, nous sommes le 12/11/2019 et il est 07 h 04.


Il est obligatoire de demander à chaque étudiant qui entreprend des études à l’Institut Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics (INBTP) d’effectuer durant la dernière année de formation du premier cycle un stage de formation dans une entreprise, un ministère ou un bureau d’étude.


Ce stage prépare le future ingénieur technicien à la mise en pratique des enseignements théoriques reçus au cours de sa formation et la maitrise des différents procédés industriels ainsi que le contrôle de qualité en vue de jouer leur rôle de commander les ouvriers selon les normes techniques et de s’habituer aux entreprises où ils évolueront tout au long de leur carrière.



Le stage que nous avons effectué du 3O/05 au 30/06/2012 consistait à des travaux de calcul de superficie de la concession de Corps du Génie en suite le domaine militaire se trouvant au camp CETA et le nivellement de la route Lumumba plus précisément à l’aéroport de N’DJILI dans la commune de la N’SELE.



Certes, notre séjour au Corps du Génie a été très capital par le fait que, hormis l’expérience technique, il a permis à certains de compléter quelques notions du civisme, pour les enseignements qui se passent dans une certaine discipline.


Chapitre I : HISTORIQUE ET CONNAISSANCE GENERALE DU CORPS DU GENIE

Dans le contexte des armées le génie militaire est l’ensemble des cadres combattant (officiers) et éléments de rangs (soldats) doués en technique militaire capables de concevoir, de mettre en œuvre et d’appliquer les procédé propres aux travaux de déminage, minage franchissement des obstacles et des cours d’eau, construction des routes et des bâtiments bref capables de participer à la fois défense de l’intégrité du territoire et à l’effort national du développement.

L’origine du génie militaire remonte de l’antiquité romaine là où les premiers procédés mathématiques du génie ont été initiés par l’ingénieur Français VAUBAN Sébastien MARECHAL de France et aide de camp du roi Louis XIV de 1633 à 1707. Il était initiateur et concepteur des tous premiers procédés mathématiques du génie militaire.



En République Démocratique du Congo (RDC) en sigle, l’histoire du Génie s’étend sur deux périodes à savoir :
a) Période coloniale
En RDC, l’effectivité opérationnelle du Génie militaire part des années 50 à GAMBARI, l’une des centres de formation des troupes de la force publique. Un autre centre a été installé à TYSVILLE, l’actuel MBANZA-NGUNGU pour former des sapeurs (éléments du Génie de combat).



A la création de l’école centrale à Luluabourg, l’actuel Kananga, une section bâtiment fut incorporée et organisée dans la structure de la formation pour les troupes et cela jusqu’à l’indépendance.



Les unités issues de ses différentes écoles techniques de l’année ont été mutées dans les différentes casernes achevées au en chantier pour les travaux. C’est ainsi que l’on retrouve des infrastructures militaires datant de l’époque coloniale telles que :
 Le camp KETELE (à Kisangani) ;
 Le camp EBEYA et NGASHI (à Mbandaka) ;
 Le camp VANGU (à Lubumbashi ;)  Et tant d’autres.




b) Période post - coloniale (indépendance)

Après le départ des cadres belges en 1960, l’armée du Génie s’est retrouvée comme d’autres armées savantes qui compassent notre armée, décapitée de sa crème d’encadrement et cela apparaissait criant. C’est vers 1962 que notre armée a commencé l’orientation vers les écoles de l’armée étrangère, la formation des stagiaires congolais pour l’armée du Génie. En Belgique, en France et plus tard aux États-Unis.



En 1972 la section bâtiment qui fonctionnait à Kananga et celle de MBANZA-NGUNGU fut fusionnée et installées sur le site de Likasi au Kananga. Cette dernière école dénommée aujourd’hui régiment Ecole du Génie à été mis en œuvre pour former un personnel qui, aujourd’hui semble faire son temps.



Avant l’avènement de la 3ème république le génie militaire a eu à accomplir ses deux fonctions d’arme et de service. Il a fait preuve de son existence à travers nombreuses relations telles que :
 Pont sur rivière TSHOPO
 Réfection de l’UNIKIN
 Travaux de lutte antiérosive sur la nationale n°1 a BADIADINGI, à KITOKIMOSI, à N’DJILI
 Construction des fontaines au palais de la nation et à l’EMFT.
 Réfection de à l’EMFT.
 Construction du pont PANDA à Likasi
 Construction du bâtiment administratif du district de LUALABA à Likasi
 Construction des (baraques : villas en bais) aux camps REDJAF à Matadi
 Construction des extensions (camp 341 Bn + 342 Bn para) au camp CETA.

L’école du génie de LIKASI donne des enseignements techniques assurant une bonne formation des cadres et personnels militaires dans les branches suivantes : A. Les spécialités prévues au génie (EGN)
 Cours deperfectionnementdes offices du génie officiers du génie (Br.I) ;
 Cours des adjoints chef peloton du génie (Br. II) : adjudant brevet II ;
 Contre maitre : (Br. II) adjudant brevet II ;
 Cours de chef de section génie (Br. III) : sergent brevet III ;
 Maçon (Br. III) sergent ;
 Menuisier (Br. III) sergent ;
 Ajusteur, soudeur (Br. II) sergent ;
 Plombier sanitaire (Br. III) sergent ;
 Electricien bâtiment (Br. III) sergent ;
 Sapeur minier (pionnier) : colorât brevet IV.

B. Spécialité non prévue (formation civile)
 Ingénieur B.T.P ;
 Ingénieur G.T ;
 Ingénieur Mécanicien ;
 Ingénieur Chimiste (pour la guerre nucléaire NBC) ;
 Ingénieur Géologie ;
 Ingénieur de l’environnement ;
 Ingénieur électricien ;
 Technicien urbain ;
 Technicien de voirie ;
 Technicien pont et chaussée ;
 Géomètre topographe ;
 Dessinateur-décorateur ;
 Epurateur d’eau ;
 Electricien froid.


I.3. LES MISSIONS DU CORPS DU GENIE

D’une manière générale les missions traditionnelles assignées au Corps du Génie se résument en deux mots : « BATIR et COMBATTRE ». Consécutivement aux clauses de l’art 71 de la récente loi organique N°11/012 du 11 aout 2011 elles sont définies sur pied de paix et sur de guerre comme suit :

Sur pied de paix
• Mettre en condition les unités du Génie ;
• Entretenir le patrimoine et les infrastructures au forces armées ;
• Intégrer les forces armées dans les stratégies globales de développement et de protection de la nature ;
• Contribuer à la recherche appliquée dans le domaine du Génie militaire.



2. Sur le pied de guerre
• Assurer l’appui Génie aux unités des forces armées ;
• Participer à la défense du Territoire National ;
• Assurer la mobilité et la protection des troupes armées ;
• Arrêter ou freiner les manœuvres ennemies.




Chapitre II. LA PRESENTATION DU CORPS DU GENIE MILITAIRE

Le corps du génie militaire, il Ya cinq ans, ne constituait qu’un département selon les structures organisationnelles de l’Etat-major Général des FARDC.



Vu la grandeur et l’extensibilité de la responsabilité du corps du génie, responsabilité déjà évoquée au premier chapitre, ce département ne pouvait qu’être rendu corps afin d’atteindre avec une certaine rapidité et un certain suivi beaucoup plus rapproché les objectifs assignés ou Génie Militaire.


II.2.composition, échelon et subordination

Nous référons au Dloi N° 04/023 du 12 novembre 2004 en son art 103 et à la décision du chef EMG FARDC N° 00/0015/EMG/FARDC/comdt du 08 octobre 09 sans porter préjudice à l’art 72 de récente loi org N° 11/012 du 11 aout 2011 dont nous attendons la mise en application, le corps du Génie est composé de :

• Un commandement et un état-major ;
• Un bataillon quartier général ;
• Un bataillon matériel ;
• Trois bataillons franchissement ;
• Quatre régiments travaux ;
• Un régiment école du Génie ;
• Quatre groupements camps inter-forces.



Aux termes des articles 59 et 72 de la loi org N° 11/012 est de l’échelon division et révèle de l’autorité de chef/EMG.



Outre les unités organiques ci-haut énumérées, le Corps de Génie comprend également les unités dites non organiques qui sont des départements Génie des Etats-Majors (Forces Terrestre, Navale, et Aérienne), des directions Génies des régions et Bases Militaires, des conseiller Génie Brigades Infanteries et Ecole Militaires ainsi que des compagnies Génie Brigade Infanteries.

Le commandement et l’Etat-major est la tête du corps il est le centre décisionnel du corps et dirige toutes les activités ou mieux les coordonnées ayant regard bien sur la discipline qui est la caractéristique principale des armées.
Cette fonction a plusieurs départements en son sein que nous étalons : - Le département DERE ;
- Le département Administratif(P1) ;
- Le département de Renseignement(P2) ;
- Le département des opérations(P3) ;
- Le département logistique(P4) ;
- Le département du service d’éducation civique et patriotique (dépt SELP) ;



Le Global Positioning System (GPS) – que l'on peut traduire en français par « système de localisation mondial » ou, plus proche du sigle d'origine, « Guidage Par Satellite » – est un système de géo localisation fonctionnant au niveau mondial. En 2011, il est avec GLONASS, un système de positionnement par satellites entièrement opérationnel et accessible au grand public.

Télécharger le travail