Bonjour, nous sommes le 18/10/2019 et il est 08 h 25.





L’œil est un organe de sens capital qui assure la vision. Cependant, il est exposé à diverses pathologies pouvant altérer sa morphologie et sa physiologie normale (1). Les pathologies oculaires ne peuvent se concevoir sans être orienté sur la chirurgie (2). La chirurgie est une partie de la pratique médicale où intervient la main, le plus souvent équipée d’instruments(3). Elle est une spécialité médicale réalisant le traitement des maladies et des accidents par intervention manuelle et instrumentale sur l’organisme, notamment sur les parties internes (4). Il y a plusieurs types de chirurgies qui sont : les chirurgies orthopédiques, les chirurgies digestives, thoraciques, générales pédiatriques, plastiques, oculaires… (3). La chirurgie oculaire est celle pratiquée sur l’œil et ses annexes, généralement par un ophtalmologue (5). Bien que la plupart des interventions chirurgicales sur l’œil puissent être pratiquées par n’importe quel ophtalmologue expérimenté, les procédures les plus complexes sont habituellement données à des médecins qualifiés et reconnus(5). La chirurgie oculaire a considérablement évoluée depuis 1957. Le perfectionnement de l’instrumentation (matériel de suture, source d’éclairage, dispositifs optiques d’observation), la mise au point et le développement des techniques ont marché de pair (6). Il existe actuellement plus de 4 millions d’aveugles dans le monde dus aux pathologies oculaires dont la cataracte constitue la première cause. Parmi les pathologies oculaires nécessitant une intervention chirurgicale, nous pouvons citer la cataracte, le glaucome, le trachome, l’onchocercose, quelques tumeurs oculaires (telle que le rétinoblastome) etc. (7)

Soucieux de trouver des solutions adéquates à ces problèmes, l’homme a mis en place plusieurs moyens thérapeutiques parmi les quels la chirurgie occupe une place de choix et sera l’objet de notre étude. Actuellement, chaque année est marquée par des progrès importants et presque tout devient facile en ce qui concerne la chirurgie oculaire du monde contemporain. (8) Néanmoins, dans la majorité des pays en voie de développement, l’accès aux chirurgies oculaires est réservé aux patients ayant des moyens financiers. Ainsi, la chirurgie oculaire s’avère inabordable pour les plus démunis car, les gouvernements ne financent pas le secteur de la santé dans ce domaine. (8) Devant ces illustrations et vu les fréquences de plus en plus élevées des pathologies oculaires nécessitant une intervention chirurgicale, nous avons jugé important de faire une étude rétrospective dans ce domaine aux Cliniques Universitaires de Kinshasa de 2009 à 2010

Notre étude a montré une fréquence plus élevée d’interventions chirurgicales durant l’année 2009, soit 65,2% (180 patients) contre 34,8% (96 patients) pour l’année 2010. Cela peut être du à l’arrivée de la mission belge au mois d’octobre de l’année 2009 qui avait réalisé les interventions chirurgicales gratuites. Cela a permis à la couche de la population la plus démunie d’accéder plus facilement aux soins oculaires. Comparativement à certains pays développés tels que la France, cette fréquence est très faible, car les données annuelles montrent plus de 200000 opérés pour la cataracte et aux environs de 100000 opérés pou les pathologies réfractives. (19)

Télécharger le travail