Bonjour, nous sommes le 08/03/2021 et il est 16 h 37.

Il nous revient de constater qu’il y a deux réseaux de communication qui influencent la vie d’une organisation ou entreprise : la communication formelle et celle dite informelle. La communication formelle est structurée, organisée, contrôlée et établie par une hiérarchie ; celle dite informelle n’est pas organisée ni maîtrisée.


Cependant, nombreux sont ceux qui négligent la communication informelle dans la gestion des entreprises ou les relations entre les individus. Cela représente un danger, étant donné que la communication informelle a de l’influence significative dans la marche de la société. Elle constitue un facteur important qui dicte le comportement des employés d’une entreprise ou les membres d’une organisation.



Le parti politique, une association organisée rassemblant des citoyens par une philosophie ou une idéologie commune, ne peut se dérober de l’influence de la communication. Etant une organisation au service d’une idée, le parti politique recherche la réalisation de sa philosophie par la conquête du pouvoir, son exercice et sa conservation le plus longtemps possible. Mais, cela exige une approche communicationnelle bien articulée pour la résolution des conflits internes. Les défections, les tensions, le climat social malsain, la crise de confiance entre les partisans ou militants d’un parti politique et autres conflits internes sont autant des facteurs qui exigent une gouvernance communicationnelle qui se fonde sur la rationalité.



Le PPRD, Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Démocratie est une organisation politique constituée des citoyens dont l’activité est la conquête et la conservation du pouvoir ; d'où, la nécessité d'un climat social susceptible de favoriser la productivité de chacun des membres.



Au terme de notre parcours en Journalisme Politique Extérieur, il nous est captivant de savoir le dispositif communicationnel mis en place par ce parti politique pour la résolution des conflits internes. Le PPRD fait l’objet de cette étude.



Nous n’avons nullement la prétention d’affirmer que nous sommes le premier à mener des recherches dans ce vaste champ de la communication des partis politiques. En parcourant des travaux antérieurs effectués à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, nous avons découvert des études réalisées dans ce domaine.

Dans ce lot, nous pouvons rappeler le travail de Liliane Madju Mansabu portant sur la communication électorale de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) pendant la campagne des élections présidentielle et législatives nationales de 2006 ; travail présenté en septembre 2007. L’auteur pose la question de recherche suivante : quelle a été la politique de communication de l’AMP durant la campagne électorale de l’élection présidentielle en RD. Congo ? En guise d’hypothèse l’auteur a affirmé que l’AMP s’est appuyée sur un nombre illimité de support entre autres : la télévision, la radio, l’Internet, les meetings et les marches. Dans la conclusion, l’auteur a validé son hypothèse de recherche en affirmant que lors de la campagne de 2006, l’AMP s’est appuyée sur la télévision, la radio, l’Internet et le meeting.



Le deuxième travail est celui effectué par Thierry Mutombo wa Mutombo. Il est intitulé « Aspect d’une pratique de communication au parlement debout ». Dans sa problématique l’auteur a cherché à cerner les facteurs qui justifient l’engouement de la population vers le phénomène dit « parlement débout ». Il a émis l’hypothèse selon laquelle l’engouement d’un certain public vers le parlement debout pourrait se justifier par plusieurs facteurs dont l’essentiel serait la volonté de l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs existant et laquelle volonté caractérise les membres du parlement debout.



Cependant, à la différence de nos prédécesseurs, notre problème général de recherche réside dans l’ignorance de la manière dont le PPRD organise sa communication dans le but de résoudre les conflits internes. Ainsi, notre problème spécifique de recherche est celui de savoir la place qu’occupe la communication dans la résolution des conflits au sein du PPRD.





La question de recherche est la suivante : Quelle est la place de la communication formelle et informelle au sein de l'organisation stratégique du PPRD ? A cela s’ajoute une question subsidiaire de savoir : Comment ces deux types de réseaux de communication sont utilisés dans la résolution des conflits au sein du PPRD ?



Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD en sigle, fut créé le 31 mars 2002. A sa création, plusieurs personnes se sont réunies les uns membres du gouvernement, les autres professeurs des universités et ceux provenenant d'autres horizons, à l’initiative du Chef de l'Etat Joseph Kabila Kabange, Président de la République Démocratique du Congo .

Ce parti se fonde sur la vision politique de Patrice Emery Lumumba et Laurent Désire Kabila par l'idéologie sociale- démocrate, avec comme doctrine politique, le nationalisme et l'attachement aux valeurs patriotiques et républicaines.

C'est après trois jours de travaux en commission que les 253 membres fondateurs du PPRD se sont rendus au palais de la nation pour en présenter les statuts du parti au président Joseph Kabila, son initiateur. L’idée envisagée est de préserver l'unité nationale, l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance nationale.



L'idéal commun est de libérer le pays de toute forme de servitude et lui assurer la justice sociale, la stabilité et un développement durable. La prise de conscience du destin collectif et du rôle déterminant de la formation politique dans l'édification d'un Etat et dans la gestion de la chose publique ou de la cité, constituent autant de motivations qui ont milité en faveur de la création, le 31 mars 2002, du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie par l'arrêté ministériel n° 031/2002 du 02 avril 2002, sous l'emprise de la loi n° 001/2001 du 17 mai 2001 portant organisation et fonctionnement des groupements et partis politiques en République Démocratique du Congo.



Le PPRD envisage le peuple comme le centre d'impulsion du parti. C’est alors l'optique de la défense de ses intérêts et garde l'initiative de la démettre chaque fois que ceux- ci n'auront pas rempli leurs obligations.

Unité : le PPRD, étant un parti des masses, recommande à tous ses partisans de vivre dans l'unité.
Renouveau : « qui n'innove pas régresse ». Le PPRD prône pour un esprit de créativité, d'innovation, d'excellence.
Développement : comme toutes les organisations, le PPRD dans son cahier de charge invite tout le monde au progrès et au développement intégral dans tous les secteurs, par le changement des mentalités, la gestion rationnelle, la production et l'investissement.

Le projet de société du PPRD se propose d'instituer un gouvernement par le peuple et pour le peuple, en le libérant de toute forme de servitude. Il entend ainsi assurer à tout citoyen les libertés fondamentales et l’égalité de tous devant la loi. Il se fixe comme objectif, le renouvellement de la classe politique à travers des mécanismes démocratiques et pacifiques.

L'idéologie du PPRD est motivée par « la grandeur et la force d'un peuple qui résident dans les idées forces qui guident ce peuple et ses dirigeants pour la défense d'une même cause et d'un idéal commun. Exploité, asservi, humilié et trahi, le peuple congolais a le devoir de sortir de sa torpeur et de la résignation pour renaitre. »

Télécharger le travail