Bonjour, nous sommes le 24/08/2019 et il est 00 h 56.


Le développement d’une nation dépend de la santé de sa population. Or celle-ci est menacée par plusieurs fléaux, entre autre la maladie qui reste un problème de soins de santé primaire avec comme objectif principal la bonne santé. C’est dans cette optique que l’industrie pharmaceutique ne cesse d’inonder le marché par des nouvelles molécules en remplacement de celle dont l’efficacité n’est plus prouvée.


Le cannabis, une plante dont la renommée est l’utilisation comme drogue est le plus souvent vu négativement et réputée dangereux pour la santé. Le cannabis ou chanvre indien est utilisé comme plante médicinale depuis l’Egypte ancienne, mais cette substance n’a été étudier de manière scientifique et rigoureuse qu’au 20ème siècle en raison de sa prohibition. (7)



C’est finalement qu’en 1992 que l’intérêt pour cette substance a rebondi avec la découverte du Professeur Raphael Mechoulam d’un analogue du cannabis fabriqué par l’organisme lui-même, l’anandamide. Nous avons utilisés les extraits aqueux des feuilles de cannabis (Jus et Décocté).



Dans cette étude, nous allons utiliser deux types d’extraits aqueux des feuilles de cannabis (le jus et le décocté).



Le cannabis aurait-il un effet sur les bactéries gram positifs ou gram négatifs ? (3)



Quelle est la forme de l’extrait qui est plus active ?

Vu l’emballement des recherches autour du chanvre ou cannabis, nous supposons que tous les composés de cette plante, sous une autre forme que la fumée ont une activité sur certaines bactéries pathogènes à l’homme, notamment le Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Bacillus substilis et Clostridum tétani. (3,7)



Nous supposons que toutes les formes d’extraits des feuilles de cannabis (jus et décocté) sont actives.


OBJECTIF

Notre étude a comme objectifs de :  Vérifier l’activité anti bactérienne de Cannabis ;  Etudier la composition du cannabis Sativa cultivé à Maluku  Identifier les bactéries sensibles aux extraits de cannabis ;  Rechercher les substances toxiques




BUT

Le but de notre recherche est de contribuer au marché pharmaceutique de nouvelles molécules pour combattre les maladies d’origines bactériennes étant donnée qu’avec l’évolution de mécanisme des certains germes, la résistance manifeste observée vis-à-vis des molécules primitives posent problème à la santé des individus.



Le mot chanvre est dérivé du latin qui signifie cannabis. C’est ce dernier qui a donné son nom scientifique au genre botanique cannabis, mais aussi dans le langage courant au « cannabis »(9)

Noms vernaculaires
 Kayanzi : Nkay’a diamba  Kikongo : diamba  Lingala : Bangi  Tshiluba : diamba  Swahili : Banki (3)



Pourtant, le bien fondé de l’interventionnisme étatique est d’abord de lutter contre les antivaleurs que voici : la concurrence déloyale, les prix illicites, la protection des entrepreneurs privés et des passagers (consommateurs des services de transport en commun) quant à ce qui concerne les accidents de circulations, des dédommagements par les assurances.



Il existe 4 sous espèces de cannabis dont nous pouvons citer : Cannabis Sativa, Cannabis Indica, Cannabis Spontanea et Cannabis Kafiristanica. (10)

CANNABIS SATIVA :
Appelé aussi chanvre cultivé on le retrouve dans les régions équatoriales et peut atteindre une hauteur de plusieurs mètre jusqu'à plus 6 mètres. Cette plante est réputée pour ses fibres et l’est encore a l’époque actuelle pour ses multiples applications dont nous pouvons citer : tissus, huile, médicamenteux, alimentaire humaine, alimentation animale. Elle est connue pour sa propriété psychotrope. On peut observer chez celui-ci les concentrations en THC les plus élevées. (9)

 CANNABIS INDICA :
couramment appelé chanvre indien parce qu’elle est d’origine des régions Himalayennes du nord de l’Inde. Elle est réputée par ses propriétés psychotropes et sa concertation en principes actifs dépend du climat et de l’environnement dans lequel la plante a évoluée. Celle-ci ne dépasse jamais 3 mètres et sa tige est souple et presque pleine. (9)



 CANNABIS SPONTANEA
Couramment appelé chanvre sauvage. Elle est caractérisée par la floraison précoce et sa stature est petite ne dépasse pas 1 mètre de hauteur.



Cette plante ne possède que de très faibles effets psychotropes dont la teneur en THC n’excède pas les 0,5%. Cette plante pousse à l’état sauvage en Europe centrale et de l’Est, ainsi qu’a l’ancienne Russie. (9)

 CANNABIS AFGHANICA
Couramment appelé chanvre afghan. Le kafiristan, nom d’une province Afghane ou pays des infidèles. La plante ne dépasse jamais 1,50 mètre de hauteur et possède un important taux de THC. (9)

I.7. USAGE DU CANNABIS
Le cannabis médical (appelé aussi Cannabis thérapeutique, Marijuana médicale ou marijuana thérapeutique) désigne le Cannabis sativa (désignation botanique du chanvre), et par extension l’ensemble des phyto-cannabinoïdes destinés à un usage purement médical, généralement prescrits pour leurs vertus antibiotiques.

A ce jour, compte tenu de l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine des cannabinoïdes, l’usage médical du Cannabis redevient de plus en plus toléré, voire légal dans un nombre grandissant de pays : le Canada, l’Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la nouvelle Zélande, l’Espagne et 23 Etats américains ainsi que la capitale fédérale (Alaska, Arizona, Californie, Colorado, Connecticut, Delaware, Hawaii, Illinois, Maine, maryland, massachusetts, Michigan, Minnesota, Montana, Nevada, New Hampshire, New Jersey, New-York, Nouveau-Mexique, Oregon, Rhode Island, vermont, Washington, Washington DC).



Cet usage nécessite soit une ordonnance, soit une confirmation de diagnostic médical. La distribution se fait généralement dans un cadre défini par les lois locales, pharmacie aux Pays-Bas, clubs compassion au Canada, Buyers club aux Etats-Unis, Cannabis social clubs en Espagne ou encore autoproduction en Allemagne.

De nos jours, le Cannabis est employé avant pour soulager les effets secondaires de la maladie ou du traitement. (11)


I.7.4. LEGISLATION

La législation du cannabis thérapeutiques dans le monde en 2006 d’où la mise en place législative du cannabis médical porte généralement sur trois volets, définissant respectivement les conditions d’accès au cannabis médical. La régulation portant sur la distribution, celle touchant à la culture et la production de cannabis à des fins médicales.

La plus part des législations mises en place définissent généralement l’éligibilité des patients selon une liste de conditions médicales ou symptômes incluant généralement cancer, sclérose en plaque et sida/VIH. Certaines définissent ou supposent la mise en place d’un programme géré par une émanation du gouvernement maintenant une liste des patients autorisés, tandis que d’autres entités gouvernementales ont simplement légalisé l’usage médical s’en remettant à la simple délivrance d’un certificat par un médecin. (11)


I.8. INDICATION DU CANNABIS

Le cannabis étant une plante dont les vertus sont de plus en plus reconnues par la communauté scientifique, son usage thérapeutique est mieux toléré. Le cannabis est un antidouleur puissant et a comme principal effet d’anesthésie et de calmer les douleurs. De nombreuses études ont permis de démontrer l’efficacité du cannabis sur la douleur.

C’est d’ailleurs essentiellement à cet usage que le cannabis est présent au Canada. Le cannabis est aussi un antidépresseur puissant qui joue un rôle sur le système nerveux et la dopamine. Le cannabis est aussi très efficace pour redonner l’envie de manger aux personnes anorexiques. Enfin, l’huile de chanvre est exceptionnellement riche en vitamines et omégas 3 et 6 est par conséquent d’une grande aide pour combattre de nombreuses maladies (dont les maladies cardio-vasculaires et les problèmes de tension artérielle). On constate cependant que, plusieurs vertus ancestrales ont été perdues au cours du temps, mais le cannabis n’est pas un cas isolé. (10)


I.9. CONTRE INDICATIONS DU CANNABIS

L’huile de cannabis (chanvre) n’a aucune contre indication. L’huile de chanvre peut-être consomme régulièrement sans risque. Cependant le cannabis riche en THC, (consommé régulièrement ou à forte dose) à tendance à déséquilibrer le système nerveux sur le court et moyen terme (pertes de mémoire de la concentration, diminution de l’ambition…).

Et pourrait entrainer une fragilisation du système (lorsqu’il est fumé sur le court terme, il fait perdre le contrôle de soi, la bonne analyse de situations du présent et apporte beaucoup de détachement (pour le meilleur et pour le pire). Ainsi, les sensations, les réflexions et la durée des réactions sont considérablement diminués.(10)



I.10. ASSOCIATION AVEC D’AUTRES PLANTES

3.2. L'Obligation de respecter les instructions de l'expéditeur
Dans le contrat de transport, l'expéditeur peut adjoindre au contrat un certain nombre de directives que le transporteur sera tenu de suivre lors de l'expédition des marchandises. Toutes ces instructions produisent les mêmes effets que le contrat dans la mesure où te non respect de ces derniers peut entraîner la responsabilité du transporteur.



Le Ginseng (équilibre nerveux, sevrage, énergie cholestérol et diabète) le mille pertuis et la Rhodiola (déprime, dépression, protection du cœur) la valériane, le sommeil, l’aubépine et la passiflore (diminue la vitesse de battement du cœur, favorise le sommeil). Le Goji (sommeil, immunité, vitamine C naturelle), le Curcuma (digestion, maladies inflammatoires, participent à la prévention des cancers).(10)

Notre étude a comme objectifs de vérifier l’activité antibactérienne de Cannabis vis-à-vis de Staphylococcus aureus et d’Escheri Chia Coli, d’étudier la composition de cannabis cultivé à Maluku ainsi de rechercher les substances toxiques.

Ces résultats nous montrent que les extraits totaux des feuilles de Cannabis (Jus et Décocté) présentent une sensibilité ou une concentration minimale inhibitrice (CMI) allant de la solution mère à 0,0646 dans l’ordre de T1 par rapport aux bactéries testées à notre recherche. Ces résultats nous montrent que l’érythromycine présente une plus grande efficacité dans le traitement des bactéries étudiées.



Les résultats de notre étude appuient l’usage médical de Cannabis Sativa pour traiter les infections ou la lutte contre les bactéries expérimentées.

Nous recommandons à la population à l’usage médical de Cannabis Sativa sous différentes formes non fumées.

Télécharger le travail