Bonjour, nous sommes le 29/11/2020 et il est 10 h 44.


Il est vrai que l’industrie congolaise du livre et du multimédia existe et produit un certain nombre de produits culturels mais ceux-ci connaissent une faible consommation. A ce propos, l’enquête effectuée par Mabiala Seda montre qu’il y a amenuisement certain d’intérêt pour la lecture chez les intellectuels congolais. Ainsi, pour lui, la lecture en tant que moyen privilégié de formation personnelle et d’information mérite une redynamisation. Car, son déclin n’est pas de nature à favoriser le développement du pays.


De même, en Occident, Chantal Horrellou-La Farge et Monique Segré constatent que la lecture est en perte de vitesse, elle perd de sa légitimité et elle est en diminution, et ce depuis la fin du siècle passé. Nous constatons donc qu’en général les gens perdent de plus en plus le goût de la lecture du livre au profit notamment de nouvelles technologies de l’information dont principalement l’audiovisuel.


02. PROBLEMATIQUE

Aujourd’hui plus que hier, malgré l’invasion des technologies de l’information et de la communication, dans tous les domaines de la vie, l’écrit occupe une place importante et particulièrement dans le secteur de la recherche en tant qu’expression culturelle. Il demeure un important outil de communication sociale.



Par l’écrit, il est fait allusion aux inscriptions contenues dans des différentes sortes de documents: livres, dictionnaires, revues, affiches, encyclopédies, brochures et différents documents disponibles sur le marché. Pour cette étude, l’attention sera portée particulièrement sur le « livre » et autres supports audiovisuels.



En tant que produit culturel, comme l’affirment beaucoup d’auteurs et l’Unesco, le livre occupe une place de choix parmi tant d’autres moyens d’expressions: l’affiche, le cinéma, le théâtre, la musique. pour le public lettré, le livre demeure « un instrument privilégié de savoir, c’est l’outil indispensable de l’éducation permanente et constitue ainsi un puissant facteur de participation à la vie culturelle » . En effet, malgré le succès et les avantages des technologies de l’information et de la communication, les chercheurs recourent encore aux livres pour communiquer leurs découvertes et parfaire leurs connaissances.

Et là où les TIC (technologies de l’information et de la communication) sont encore peu présentes comme en République Démocratique du Congo, le livre et les maisons d’édition continuent à jouer un rôle important dans la diffusion des connaissances. C’est pourquoi cette étude veut porter un regard particulier sur la gestion des produits culturels, en l’occurrence les livres des Editions.



Néanmoins, en dépit de l’importance reconnue au livre, en tant que source de connaissance, bon nombre de lettrés ne lisent pas ou n’ont pas accès à cet outil d’acquisition des connaissances. Bien plus, d’aucuns considèrent que le marché du livre pourrait très peu en RDC et les éditions n’osent pas investir dans ce secteur.



La gestion des biens culturels de l’industrie du livre en général et du multimédia en particulier attire la curiosité des scientifiques et amène à se poser les questions principales suivantes :
 Quels sont les problèmes qui se posent dans la gestion de ces produits ?
 Que faire pour assurer une gestion efficace et rationnelle de la production des livres?



Compte tenu de la concurrence effrénée des TIC et du faible pouvoir d’achat de la population, la gestion de l’industrie du livre poserait problème. « Les problèmes qui se posent dans la gestion de ces produits seraient dus au non application rigoureuse des principes généraux de gestion, se rapportant à la chaine de valeur et du cycle de vie des produits ». Telle est notre première hypothèse.





Pour assurer une gestion efficace et rationnelle de ces produits, en dépit de problèmes d’ordre humain et financier, « l’industrie congolaise du livre et du multimédia devrait renforcer le marketing de ces produits, en misant sur une politique systématique d’étude du marché ». Telle est notre seconde hypothèse de travail.


0.4. METHODOLOGIE

La méthode qui s’applique le mieux à cette recherche est l’approche « systémique ». Cette méthode est décrite comme étant une approche qui consiste à distinguer dans la réalité deux parties, le système et son environnement. L’industrie du livre est le système et l’environnement, « l’ensemble d’éléments dont un changement affecte l’ensemble du système et qui sont eux-mêmes affectés par des variations » .



Dans le même sens, David Easton aborde précise « l’analyse systémique repose sur la notion d’un système immergé dans son environnement et est sujet de la part de celui-ci à des influences » .



Dans ce cadre, il sera donc question pour le cheminement du travail d’examiner les problèmes de gestion des produits culturels des Editions dans le marché congolais en général et kinois en particulier, en prenant compte de types de livres produits de la dynamique du marché kinois et de leurs circuits de distribution.



Pour l’analyse des relations, au premier niveau, nous étudions les liens d’interdépendance qui relient les collections (livres) aux options internes des Editions et son personnel. En tant que système, au second niveau, nous distinguons deux sous-systèmes des Editions à savoir : les collections (livres) et la politique de distribution. L’environnement est constitué par le marché. Les Editions MédiasPaul et le marché kinois sont liés et subissent des impulsions réciproques qui influencent la gestion du livre.



A l’intérieur de système « les éditions » est étudié à partir de la structure de façon à établir les relations qui existent entre ses différentes composantes afin de déceler les faiblesses à l’origine des difficultés qui handicapent la commercialisation des produits culturels des éditions dans la ville de Kinshasa.

Cette méthode est appuyée d’une part par la technique documentaire, par le biais de la consultation des livres généraux et spécifiques ayant trait à ce sujet, et de l’autre par la technique d’entretien pour la collecte des avis à la fois des responsables des Editions et des différentes personnes détenant des informations sur les produits culturels des éditions MédiasPaul.


CHAP.II. PRESENTATION DES EDITIONS MEDIASPAUL

« MédiasPaul » est une œuvre de la société missionnaire de Saint-Paul. Les pauliniens sont présents dans 34 Nations des cinq continents avec des maisons d’édition de livres, revues, de production musicale, radiophonique, télévisée, cinématographique, une multitude de point de vente et librairies multimédias, des sites Internet, etc. Ce sont des prêtres et laïcs consacrés qui répondant au don de leur vocation, ont décidé d’appartenir à la congrégation religieuse fondée en 1914 à Alba (Cuneo, Italie) par un prêtre diocésain, le bienheureux Jacques Alberione. Face à l’explosion des phénomènes de la presse, imprégnée de la certitude que « si Saint-Paul revenait aujourd’hui, il se ferait journaliste », le prêtre Alberione, avec l’approbation de l’Eglise Catholique pour réaliser « une nouvelle évangélisation », a créé dans la communauté ecclésiale un nouveau style de pastorale qui a comme fondement un nouveau style de vie religieuse : religieux et laïcs, mais aussi professionnels de la communication.





Le développement de la communication a poussé le fondateur à initier d’autres institutions qui forment la famille Paulienne et a motivé ses successeurs à impliquer progressivement un laïcat professionnel qui puisse réaliser la vocation chrétienne en participant aux objectifs de la société Saint-Paul. Les prêtres de la société Saint-Paul sont initiés aux pratiques de la communication bien qu’ils orient des diplômes en théologie ou philosophie.



Le père Tonni est le fondateur de la société missionnaire de Saint-Paul en RDC. Il logeait à la procure Saint Anne à la Gombe tout en pilotant une imprimerie implantée dans la cure de la paroisse Saint-Paul de Barumbu, en collaboration avec les missionnaires de Scheut.



En 1958, la société s’est étendue dans le pays, plus précisément à Lubumbashi. L’on voit naitre de l’imprimerie Saint-Paul, les revues Afrique chrétienne et L’antilope, les Editions Saint-Paul Afrique, les librairies MédiasPaul et autres activités. A la fin du mois d’Octobre 1958, les missionnaires pouvaient réaliser leur objectif primordial, à savoir : démarrer pour leur propre compte les travaux d’imprimerie.



La première machine utilisée est la Roland Ultra. Des congolais furent recrutés comme ouvrier dans le but de les former comme imprimeurs. Les Pauliennes voulaient lancer leur propre maison d’ édition, après que soient suspendus trois journaux trop liés au passé colonial. Alors le père Zoppi prit l’initiative de lancer, pour les écoles, un périodique mensuel dénommé l’Antilope, une revue éditée par la société Saint-Paul d’Italie. Mais c’est la Revue Afrique Chrétienne qui devint le fleuron des Editions Saint-Paul Afrique.



L’activité apostolique de la société missionnaire de Saint-Paul s’articule autour de trois rôles qui constituent la chaine du livre, à savoir : la rédaction, la production et la diffusion.

La rédaction et la diffusion prirent un grand essor entre 1971 et 1978 avec l’organisation et l’adoption progressive des principes des maisons d’Editions modernes avec une structure nettement établie et des collections clairement définies.

En 1993, l’appellation Saint-Paul Afrique disparait au profil de MédiasPaul, nom commun des Editions Pauliniennes dans les pays francophones : Canada, France et RDC.



Le secteur de l’audiovisuel voit le jour en 1972. L’actuel Studio MédiasPaul est inauguré en 1991 et de nouveau équipé en 2004.



En 1993 : c’est l’apparition de la revue de « Avenir des Jeunes » et en 2006, l’insertion de l’Internet dans la structure apostolique au département multimédias.


II.2.LOCALISATION ET STATUT JURIDIQUE

La société MédiasPaul est située sur la 10ème rue numéro 18 au quartier industriel, dans la commune de Limite. On y trouve les services administratifs et les installations techniques. Elle est bornée :
• A l’Est par le scolasticat Jacques Alberione ;
• A l’Ouest par les maisons résidentielles ;
• Au Nord par la communauté des prêtres missionnaires de Saint-Paul ;
• Au sud par la communauté des sœurs des Filles de Saint-Paul.
Comme statut juridique, la société MédiasPaul est une association sans but lucratif (ASBL).



La société Saint-Paul ne se réduit pas à la production des livres. En effet la production éditoriale, la société Saint-Paul réalise des services marketing, des services audiovisuels, la duplication des supports notamment CD, Cassettes. Elle enregistre des émissions radiodiffusées et télévisées, des chansons et effectue des montages radiophoniques et télévisés. Bref, elle s’occupe de tout ce qui est multimédia.



MédiasPaul est un éditeur qui dispose d’une grande chaine de librairie de Congo/Kinshasa qui assure des publications des éditions (revues, livres) et fournit aux librairies et points de vente de Kinshasa, Kolwezi, Matadi, Lubumbashi, Kalamu, Kikwit et d’autres villes et localités de la RDC.

Les éditons MédiasPaul, connues jadis sous l’appellation Edition Saint-Paul Afrique, assurent une présence continue sur le sol congolais depuis les années de l’indépendance jusqu’à nos jours.



La société MédiasPaul par ses activités contribue à la promotion de la culture. Pour cela, elle collabore avec les partenaires nationaux et internationaux qui sont aussi les fournisseurs. Parmi les partenaires nationaux, il y a : le Centre de Recherche Pédagogique, le centre Epiphanie, la librairie Scolat, les éditions Loyola, les ministères de l’Enseignement Primaire, Secondaire et professionnel. Les partenaires internationaux sont Inter-Forum, les éditions Hachette, Robert, Sodis, Nouveaux Horizons, Le laurier. Une autre classe de partenaire est celle des auteurs privés qui viennent éditer leurs ouvrages.

Dans l’organisation des éditions MédiasPaul fait partie des associations sans but lucratif (A.S.B.L.). B.P. 127- Kinshasa- R.D Congo.



La société MédiasPaul compte trois organes statutaires à savoir le Conseil d’Administration, la Direction Générale, et la Direction Administrative, Financière et Ressources Humaines.

Le Conseil d’Administration donne la ligne générale de la maison. Ce conseil comprend :
* Un président ;
* Un vice-président ;
* Un secrétaire ;
* Un directeur financier ;
* Un conseiller ;
* D’autres membres de l’entreprise.

Télécharger le travail