Par Fany

La CPI et le droit de la répartition civile des victimes en République Démocratique du Congo ». À l’heure actuelle est un sujet qui fait couler d’encre. C’est dans ce cadre que nous avons constaté que ce sujet constitue un des discours récents à cette décennie du XXème siècle, ce titre a d’une part, l’ambition de monter la pertinence de la cour pénale internationale, dont l’enjeu principal est de poursuivre les personnes responsables des crimes les plus graves qu’ait connu l’humanité et d’empêcher ainsi, que de tels crimes ne soient commis à l’avenir

Comme on le sait, le XXème siècle a connu des pires crimes jamais commis. Les deux guerres mondiales et les affrontements qui ont fait rage au Rwanda, en sierra Leone et en ex-Yougoslavie ont fait des millions des morts et récemment la République Démocratique du Congo en était aussi victime. S’il est vrai qu’un certain nombre d’individus accusés de crimes ont été poursuivis devant des instances judicaires internationales constitués à titre temporaire, beaucoup de crime restent cependant impunis. Et c’est ici ou réside notre inquiétude majeure

Nous sommes donc interpellées parce qui s’est déroulé dans notre pays. D’aucuns sont témoins de la succession de multiples guerres fratricides, et destructrices qu’a connu notre pays, et qui a laissé des traces indélébiles dans la mémoire des congolais. Ainsi, des violences les plus atroces que l’humanité n’ait connues, ont déchiré le pays du Sud au Nord et de l’est à l’Ouest.

Télécharger le travail