Bonjour, nous sommes le 25/01/2020 et il est 15 h 45.

La Province du Kwango
Superficie : 89.974 Km2
La Province du Kwango est limitée
- Au Nord par le Sud de la Province du Kwilu
- A l’Est par l’Ouest de la Province du Kasaï et la République d’Angola
- Au Sud par la République d’Angola
- A l’Ouest par la République d’Angola, l’Est de la Province du Kongo Central et la Ville Province de Kinshasa
• Chef-lieu : Kenge
- Superficie : 89.914 Km2
- Secteur : Bukanga-lonzo, Dinga, Kolokoso, Dinga, Kolokoso, Mosamba, Pelenge-nord.
• Territoire Feshi
- Superficie : 19.187 Km2
- Secteur : Feshi, Lobomukoso, Ganeketi
• Territoire de Kahemba
- Superficie : 19.264 Km2
- Secteur : Bangu, Muloshi, Kulundji, Bindu, Muamusjiko, Muendjiila.
• Territoire de Kasongo-Lunda
- Superficie : 26.648 Km2
- Secteur : Kizamba, Kinguku, Panzi, Kibunda, Watenda, Mawanga, kasongo-lunda, Kasa.
• Territoire de Popokabaka
- Superficie : 6.749 Km2
- Secteur : Lufuna, Popokabaka, Yonso

Origine du nom «Kwango»

Selon Leitão, un commerçant portugais, le nom « Kwango » serait la traduction française du mot portugais « Cuango », qui est le nom d’une rivière prenant sa source en Angola. Il s’agit donc d’un hydronyme. Ce nom parvint aux gouvernants portugais cent ans déjà avant l’arrivée de Livingstone. Selon Vellut, c’est à travers ses informateurs angolais (Imbangala, Shinje, Luunda, Holo, Ambakista…) que Leitão avait pu identifier correctement le réseau hydrographique du Kwango-Kasaï dans son rapport sur la culture géographique africaine (Vellut 1970 : 132). Voici ce qu’il écrivait dans son journal à propos de cette rivière : « Au nord de ce Cuango, il y a de nombreux cours d’eau, et plusieurs coulent entre le Cuango et le Cassae ; […] tous, y compris le Cuango, se jettent dans le Cassae […]. »

Le Cassae dont il est question désigne la rivière Kasaï, un affluent du fleuve Congo ; le Cuango, un affluent du Kasaï. Le nom « Kwango » devint aussi celui d’une entité administrative pendant la période de l’EIC. C’est avec le décret du 10 juin 1890 que le « plateau lunda » devint le district du Kwango-Occidental, les 12 district de l’EIC, puis, par les décrets du 7 mars 1910 et du 28 mars 1912, le district du Kwango Occidental devint district du Kwango, nom emprunté à la grande rivière de la région, comme il était de coutume à cette époque.

Le chef-lieu du district fut d’abord établi à Kasongo-Lunda avant d’être transféré, d’abord à Banningville (Bandundu), au terme de l’ordonnance n° 79/AIMO du 29 septembre 1933, puis à Kikwit, au terme de l’ordonnance n° 32/AIMO du 15 mars 1935. De 1910 à 1912, les limites ouest et est du district restèrent identiques à celles qui préexistaient à sa création ; au nord, la limite fut portée sur la rivière Kasaï. À partir de 1914, suite à la décision de regrouper les districts existants en ensembles plus vastes appelés provinces, les limites du Kwango subirent quelques modifications, surtout dans sa partie occidentale. L’extension territoriale fut portée à l’ouest au niveau de la Lufimi. À l’est, elle fut portée jusqu’à la Lushiku et la Loange, cette dernière constituant la ligne de séparation avec le Kasaï. En 1940, la région de Banningville fut rattachée au district du lac Léopold II jusqu’en 1954, date de la scission du district du Kwango en deux entités distinctes : le Kwilu, avec comme chef-lieu Kikwit, constitué de 5 territoires (Kikwit, Gungu, Idiofa, Masi-Manimba et Banningville) et le Kwango, avec Kenge comme chef-lieu et également 5 territoires (Kenge, Feshi, Kahemba, Kasongo-Lunda et Popokabaka).

Le nom « Kwango » comme entité territoriale renvoyait à la fois à l’espace du Kwilu et du Kwango proprement dit et incluait aussi la région de Kimvula (Bas-Congo). à partir de cette date, ce nom fut à la fois utilisé pour désigner un district séparé de la partie Kwilu et une « région où régnaient les famines », comme le signale H. Nicolaï : « En 1954, comme on s’était aperçu que les hauts plateaux de Feshi avaient perdu une partie de leurs habitants et restaient sous la menace de famines, comme les gouverneurs avaient été impressionnés une nouvelle fois (car ce n’était pas la première) par l’aspect désolé des pays steppiques qu’ils traversaient en se rendant à Kikwit, on estima judicieux de rassembler en un seul district les territoires les plus démunis. On lui réserva le nom de Kwango » (Nicolaï 1963 : 7).

Après l’indépendance, avec la loi du 9 mars 1962, modifiant l’article 7 de la Loi fondamentale du 19 mai 1960 sur les structures du Congo, le nom « Kwango » devint le nom de la province. Ses limites correspondaient à celles de l’ancien district du même nom au moment de l’indépendance. Avec l’avènement de la deuxième République en 1965, au terme de l’ordonnance-loi n° 66-205 du 6 avril 1966 portant modification des structures administratives du pays, le nom « Kwango » redevint le nom du district faisant partie de la province de Bandundu, avec comme chef-lieu Bandundu, à côté des districts du Kwilu et du Mai-Ndombe. Depuis lors, et jusqu’à l’application effective de la décentralisation instaurée par la Constitution du 18 février 2006, le nom « Kwango » est resté attaché au district du même nom.

Le mot « Kwango » a donc désigné, à l’époque, à la fois une partie du territoire du Bas-Congo, à l’est de l’Inkisi ; l’ensemble du territoire du district du Kwilu ; une partie du territoire de la province du Kasaï-Occidental (missions de Mapangu, Mikope, Ndomay, Bipongo, Bushongo, Mwembe (diocèse Idiofa)) et l’ensemble du territoire du district du Kwango proprement dit.

Chez les Yaka, le vocable « Kwango » est aussi un nom propre, lorsqu’il désigne une personne physique. Il est souvent donné aux enfants premiers-nés de la première épouse du chef, la nkaaka mwadi : « Kwango mbuta m’kooku » (Kwango est l’aîné des rivières et cours d’eau). Ainsi donc, lorsqu’on l’attribue à un enfant, ce nom symbolise la puissance incarnée, le pouvoir que représente la famille dont est issu le porteur du nom. Il est alors considéré comme celui qui cache la profondeur de toutes les valeurs de la famille, c’est-à-dire la richesse, la sagesse, le pouvoir, l’héritage culturel, qu’il doit véhiculer durant toute sa vie sur la terre des hommes. Ce nom symbolise même la vision du monde des Yaka qui croient à la vie dans l’au-delà, le Kolunga où reposent les esprits des ancêtres et la rivière Kwango est l’un de ces kolunga.

Le Relief

Les traits principaux caractéristiques des reliefs du district du Kwango par territoire se résument comme suit :

1. Le territoire de Popokabaka est une région :
– de hautes montagnes telles que les chaînes de montagnes de Kingunda, Pangala, Tsakala (Nsala) et d’Ikomba ;
– de monts, notamment les monts Bisadi, Mambamba (820 m d’altitude, massif allongé SSENNE), Mamba (le plus haut : altitude 720 m), Itombe (650 m), Lalulalu, Makoko ;
– de collines : massif de plusieurs collines entre Popokabaka et le village Lusanga ; à l’ouest de Pandala ; au village Dinga (à 27 km de Popokabaka) et environs, des collines à pentes douces ;
– de hauts plateaux et pénéplaines : sur la rive droite de la Kwango, plateau pouvant atteindre 2 km de long ; à Kasindji un plateau atteignant 805 m
d’altitude surplombe la vallée de la Wamba ; à 2 km du village Munene un plateau herbeux ; pénéplaine entre la Kwango et la Wamba culmine à 880 m ;
– de plaines et de vallées : plaine de la Kwango, vaste plaine vallonnée à Pangala ; vallée de la Twana à fond plat orientée sud-nord.
2. Le territoire de Kenge comporte essentiellement la vallée de la Twana à fond plat orientée sud-nord et le plateau d’Inzia.
3. Le territoire de Feshi est pratiquement un vaste plateau entrecoupé par les rivières Inzia, Lukula, Kwenge, Lutshima, Bwele-Bisaki et Bwele-Milonda ; la vallée de la Kwenge est en auge.
4. Kasongo-Lunda contient :
– un vaste plateau qui sert de bordure méridionale à la cuvette centrale du Congo ; entre la Kwango et la Wamba, le plateau peut atteindre 1000 m d’altitude, dépasse 1000 m vers la source de la Bakali, et se relève progressivement vers le sud ; à partir de Panzi, les altitudes de 1200 m et 1300 m deviennent fréquentes ;
– la plaine alluviale de la Kwango qui se maintient sous la cote 500 m jusqu’aux chutes de la Kwango (ex François-Joseph) ;
– des ravinements en entonnoir (cirques) pouvant atteindre 200 m de profondeur et à parois abruptes.
5. Le territoire de Kahemba est essentiellement un vaste plateau disséqué par les vallées en auge des rivières Lutshima, Kwenge et Tunduala.
Le district du Kwango a un réseau hydrographique plus ou moins dense avec ses grandes rivières et leurs affluents.
Dans le territoire de Popokabaka, le seul grand collecteur est la rivière Kwango avec son grand affluent gauche, la Lubishi, et quelques affluents droits tels que la Lubila, la Lue et la Lumaye.
La rivière Kwango est navigable dans sa section inférieure, à partir de Nzadi-Mwadi jusqu’à Kingushi. De Kingushi, cette navigabilité continue jusqu’à sa confluence avec la Kasaï dans le district du Kwilu.
Dans le territoire de Kenge, la grande rivière est aussi la Kwango avec ses grands affluents droits, notamment :
– la rivière Lonzo avec son affluent gauche, la Fulula ;
– la Wamba avec ses affluents droits, notamment, la Bakali et la Konzi et son affluent gauche tel que la Twana ;
– l’Inzia avec ses affluents droits, la Lule ; et ses affluents gauches.
Dans le territoire de Kasongo-Lunda, les grands collecteurs sont la Kwango, la Wamba, la Bakali, l’Inzia, la Kwenge et leurs affluents, tels que :
– les rivières Kianga, Manzangi, Luembe, Fundu, Ganga, Pesa et Fufu, tous affluents droits de la Kwango ;
– les rivières Lule et Lukula sont des affluents droits de l’Inzia.
Tous les affluents de la Kwango et de l’Inzia précités ont leurs sources dans ce territoire de Kasongo-Lunda.
Les grandes rivières qui traversent le territoire de Feshi sont, notamment, les rivières Inzia, Lukula (source dans Feshi), Kwenge, Yambesi, Lutshima avec ses affluents droits, notamment Buele-Bisaki, Buele-Bilonda, Lufuku et Kwilu.
Dans le territoire de Kahemba, l’on trouve les amonts et les sources de presque toutes les grandes rivières citées ci-dessus, telles que les rivières Wamba avec son affluent droit, la Tunduala ; Kwenge ; Lutshima avec son affluent droit, la Buele-Bisaki ; Loange avec son affluent droit, la Lushiko. La plupart des petites rivières ont aussi leurs sources dans ce territoire de Kahemba.

La géologie

1. Les formations géologiques
Les formations géologiques qui affleurent dans le district du Kwango sont d’âge allant du Néogène au Crétacé inférieur pour les formations sédimentaires, ainsi que des roches magmatiques appartenant au Protérozoïque.
2. Ressources minérales
2.1. Indices dessubstances minérales
Des indices de diamants ont été signalés à Takundi, Popokabaka, en amont de la Wamba, à Tembo (chutes de la Kwango), à Kasongo-Lunda, à Kingushi et à Muene Kundi.

Presque toutes les grandes rivières du district du Kwango ont leur source en Angola. Les diamants rencontrés dans les rivières Kwango et Wamba sont de petite taille et leur grosseur diminue au fur et à mesure qu’on descend vers l’aval. Ce qui tendrait à confirmer que les diamants trouvés dans ces rivières en territoires de Kahemba et de Kasongo-Lunda proviendraient d’Angola. Cependant, la présence d’exploitations artisanales du diamant, de minéraux accompagnateurs du diamant et la récolte de diamants dans les rivières ayant leur source dans les territoires cités ci-dessus atteste qu’il y a aussi du diamant au Congo. Il y a lieu d’envisager la recherche de la kimberlite dans le district du Kwango.

2.2. Exploitations artisanales
Les activités d’exploitation artisanale se font principalement le long des rivières Kwango et Wamba
Territoire de Kasongo-Lunda
- On rencontre des exploitations artisanales à Bumba et Kitangu au nord de Tembo ; tandis qu’au sud, l’exploitation se fait à Kimbenga (photo, à environ 9 km du village, dans le flat de la rivière Lufuku, affluent droit de la Kwango), à Mawangu (à 43 km de Tembo) et à Kahungula (dans la rivière Makala, affluent droit de la Kwango).
Territoire de Kahemba
- Swana-Mukanza : exploitation artisanale dans la rivière Wamba ;
- Ibembe : exploitation artisanale dans le ruisseau Shawumina ;
- Nzofu : exploitation artisanale dans les ruisseaux Chimuondo et Muhongubunza ; Dans ce secteur, les exploitations artisanales se font aussi dans les ruisseaux Tshikela, Kanzunzu, Kamezo et Kabulu ; le poids des diamants trouvés dans ces ruisseaux varie entre 0,10 et 4 carats (un carat = 0,2 grammes) ; - Shahuyanga : autour de ce village, les exploitations artisanales se déroulent dans les ruisseaux Kamanguna, Mbiya, Kamisongi, Mbuaji, Lunuku et Ndjamba (affluent de Lunaka) ;
- Ngandu : les travaux d’exploitation s’effectuent dans la rivière Nkombo.

La moitié Est du district du Kwango est occupée par la savane arborée et la forêt claire. Toute la partie Nord est dominée par la savane arbustive et herbeuse. Le territoire de Kahemba, situé au sud-est du district, ainsi que le centre et le Sud-Est sont caractérisés par la présence de forêts claires mêlées de savanes arborées et arbustives.

La moitié Ouest du district du Kwango est caractérisée par la présence de forêt dense humide parsemée de complexes agricoles longeant la rivière Wamba. À l’extrême Nord-Est de cette moitié, les forêts sur sols hydromorphes sont également omniprésentes. Le centre et le Sud-Ouest sont occupés par de la savane arbustive. Quelques forêts claires sont également présentes au centre de cette moitié du Kwango.

Tribus et Ethnies

1. Territoire de Feshi

Ce territoire a une population constituée en grande partie de trois ethnies dominantes, qui à l’origine étaient des peuples et des grands chasseurs à savoir : les Sonde au centre et à l’Est (Mukoso), les Suku à l’Ouest (Ganaketi) et les Tshokwe au sud-est, on y trouve aussi d’autres ethnies mais minoritaires, les Kweso, les Pende, les Luwa…

2. Territoire de Kahemba

- Les Lunda
- Les Tshokwe
- Les Shinji
- Les Minungu

3. Territoire de Kasongo Lunda

La population appartient principalement à l’ethnie Yaka, à laquelle viennent se joindre des Suku, Holo et Tchokwe.

4. Territoire de Kenge

Il y a deux grandes tribus ; les Yaka et les Mbala. Les Yaka sont majoritaires dans le secteur de Musamba, Dinga et une partie de Pelende Nord. Alors que les Mbala sont majoritaire dans le secteur de Kolokosso.

5. Territoire de Popokabaka

Ici il y a 2 grandes tribus : les Yaka 95% et les Mbala 5%.

Résultat des Examens d’Etat 2019, province du Kwango