Par Mumbere

Le processus de libéralisation comme une réalité irréversible, quelle sera l’avenir de la SONAS, la seule compagnie d’assurance ayant jouie d’un monopole exclusif pendant quatre décennies et comment se prépare t-elle face à la concurrence qui ponte à l’horizon

Le secteur des assurances en République Démocratique du Congo n’a pas fait partie du code des investissements pour la simple raison que l’exploitation des assurances était entièrement livrée à la société de l’Etat dénommée SONAS, à qui l’Etat à donné le monopole du marché, pour des raisons que nous développerons dans la suite de notre travail.

Il est important de faire savoir que les assurances dans notre pays la R.D.C., se sont institutionnalisées à partir de l’acte de BERLIN en 1885, qui était suivi par la décision d’industrialiser les assurances. L’autorité coloniale voulait pour preuve ce message publicitaire : « Charles Le Jeune (assurances) SPRL assurent des risques dans le bassin du Congo depuis 1889 » . Mais c’est effectivement au cours de l’année 1931 que la compagnie Charles le Jeune deviendra une SARL de droit coloniale, alors que bien avant, elle avait un statut de droit belge. A titre informationnel pour les uns et pour rappel aux autres, pendant l’époque coloniale, il y a eu plus d’une douzaine de compagnies d’assurances qui ont opéré dans notre pays ; nous pouvons citer : la compagnie Charles LE JEUNE à Kinshasa, IMMO-CONGO,CETAS,BOELS et BECAULT,AMI dont certaines œuvraient comme courtiers et d’autres comme agents de plusieurs compagnies parmi les quelles : LA CONCORDE,MELOT LOUIS JOS, union marine and général insurance, national union of Pittsburg, A.G.A Congo… Pour les deux Kivu : CASTODO à Bukavu et du châtelet à Goma, pour le KATANGA : Marco habile, United agences, alphabet, compagnie foncière du Katanga et général trust d’Afrique(GUTAF) qui était un courtier de SOUTH BRITISH, pour la province de l’équateur : la compagnie S.A.B WANGATA, pour la province orientale (haut Congo) : haletai et URANUS

Télécharger l'extrait