Bonjour, nous sommes le 24/08/2017 et il est 08 h 56.

Joseph Kabila Kabange, né le 4 juin 1971 à Hewa Bora II(1) dans le territoire de Fizi (province du Sud-Kivu), est président de la République démocratique du Congo depuis l'assassinat de l'ancien président, son père Laurent-Désiré Kabila, le 16 janvier 2001, au cours de la deuxième guerre du Congo. Il a été à la tête de l'Alliance pour la majorité présidentielle (AMP) et a créé en 2002 le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD).

Le 27 novembre 2006, il est déclaré par la Cour suprême de Justice gagnant du deuxième tour de l'élection présidentielle, organisé le 29 octobre 2006, devenant ainsi président de la République(2).

Il est réélu le 28 novembre 2011 et la cérémonie d'investiture se déroule le 20 décembre suivant, mais son principal adversaire, Étienne Tshisekedi, conteste les résultats et s'est également proclamé président de la République, prévoyant d'être investi le vendredi 23 décembre 2011(3).

Sous le régime de Mobutu, il est en exil en Tanzanie où il se fait appeler, pour des raisons de sécurité liée à sa clandestinité, Hippolyte Kabange Mtwale(4). Il est inscrit à l’école française de Dar es Salaam. Il s’occupe également des pêcheries que son père possédait alors sur le lac Tanganyika. En octobre 1996, il rejoint ce dernier, lors de la première guerre du Congo et est formé au métier des armes par le chef d’état-major de l’armée rwandaise, James Kabarebe. Il devient Major-général.

En 1998, alors que son père est président, il a tenté de stopper la guerre civile et fait retirer, avec succès, les troupes étrangères stationnées dans le pays. Il participe cependant à la bataille de Pweto en novembre 2000.

Après avoir dû quitter la faculté de droit de l'université de Makerere pour aider son père, Joseph Kabila a obtenu un baccalauréat ès arts en relations internationales à la Washington International University, institut d'enseignement supérieur à distance non reconnu par le département d'éducation des États-Unis1,5.

Président par intérim (2001-2006)

Puis en 2001, à la suite de l'assassinat de son père, il est désigné par l'entourage de ce dernier pour tenir la présidence de la République démocratique du Congo.

Suite à un accord de paix, le dialogue inter-congolais, qui met fin à la deuxième guerre du Congo, un gouvernement de transition a été mis en place en 2003 et comporte les chefs des deux principaux groupes rebelles qui deviennent ainsi « vice-présidents ». Cette transition prévue pour durer 2 ans devait déboucher sur des élections avant la fin de l'année 2005. En fait, les retards dans l'exécution la repoussent jusqu'à fin 2006.

En février 2004, Kabila effectue un voyage officiel en Belgique. Il présente son pays aux investisseurs européens6. Lors de son allocution au Sénat belge il fait l'éloge de la colonisation belge : « L'histoire de la République démocratique du Congo, c'est aussi celle des Belges, missionnaires, fonctionnaires et entrepreneurs qui crurent au rêve du Roi Léopold II de bâtir, au centre de l'Afrique, un État. Nous voulons rendre hommage à la mémoire de tous ces pionniers. »7 Cette prise de position lui a été reprochée et ses propos qualifiés de « révisionnistes »8.

Le 28 mars 2004, des supporters de l'ancien président Mobutu Sese Seko tentent en vain de renverser Joseph Kabila par un coup d'État. Depuis son arrivée au pouvoir, Joseph Kabila doit faire face à des guerres répétées dans l'Est du Congo où des forces rebelles internes ou appuyées par des gouvernements voisins (Ouganda, Rwanda) tentent de déstabiliser le pays par la violence, le crime, le pillage des ressources. Néanmoins ces rebelles sont aussi motivés par autre chose que l'appât du gain et le contrôle des mines d'or et de diamant : les anciens génocidaires hutu se réarment au Congo et mènent des raids militaires au Burundi. Le Rwanda comme le Burundi qui souhaitent entrer dans une période de calme dans la région des Grands Lacs, pourchassent les miliciens interahamwe dans l'Est de la RDC.

La famille de Joseph Kabila recevra 36 millions de dollars US de l’État congolais, comme dommages et intérêts pour le meurtre de sa tante Espérance Kabila par le colonel Mwamba Takiriri9.

Président (depuis 2006)

Joseph Kabila s'est présenté à l'élection présidentielle du Congo en 2006. Il a été accusé par ses opposants de ne pas être congolais mais tanzanien (ou rwandais). Ces arguments n'ont pas été considérés comme recevables par la Cour suprême congolaise. Des combats à l'arme lourde ont aussi eu lieu dans Kinshasa contre son rival du second tour, Jean-Pierre Bemba. Pour la campagne Joseph Kabila a fait appel à une compagnie de relations publiques basée à Washington, D.C., Stevens and Schriefer Group, qui s'était précédemment occupé de deux campagnes électorales de George W. Bush10.

En 2011, Joseph Kabila est proclamé vainqueur de l'élection présidentielle de 2011 par la CENI (Commission électorale nationale indépendante). Le processus électoral est considéré comme entaché d'irrégularités et non crédible par des organisations internationales dont le Centre Carter11 et la Mission d'observation des élections de l'Union européenne12. Le 22 mars 2013, les autorités de la République démocratique du Congo annoncent avoir déjoué un complot visant à assassiner le président Joseph Kabila et à renverser le gouvernement13.

Notes et références

1. ↑ a, b, c et d « Bref aperçu biographique du Président de la République » (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur Site officiel du Président de la République. Consulté le 6 janvier 2010
2. ↑ Kabila élu président [archive]
3. ↑ Kabila investi malgré la contestation [archive], Le Figaro, 20-12-2011
4. ↑ « Les Quatre premiers présidents du Congo », par Célestin Kabuya Lumuna Sando, novembre 2002, information reprise dans l'article « Pierre Yambuya déballe Joseph Kabila, mais…' » sur Congo indépendant [archive] ainsi que par Éric Kennes dans « Kabila et la révolution congolaise, panafricanisme ou néocolonialisme ? », repris par « Le Soir », 9 janvier 2004 [archive]
5. ↑ US distant learning association, organizational members [archive]
6. ↑ Kabila rencontre des hommes d'affaires [archive], RTBF, 9 février 2004.
7. ↑ Le président Joseph Kabila au Sénat belge: « Un appel pathétique pour un plan de développement pour le Congo » [archive], 18 février 2004.
8. ↑ Kinshasa : une sévère crise de leadership [archive], Le Soft, 15 février 2004.
9. ↑ Lubumbashi : l’assassin de Espérance Kabila condamné à mort [archive], Radio Okapi, 4 août 2005. [Consulté 17 juillet 2006]
10. ↑ The Economist, 8 juillet 2006 Vol.380, numéro 8485; pg. 58, London.
11. ↑ [PDF] (en) [1] [archive]
12. ↑ [PDF] [2] [archive]
13. ↑ RDC : assassinat de Kabila déjoué [archive], Le Figaro, 22 mars 2013.
14. ↑ Déclaration d'Étienne Kabila taratibu au dialogue inter-congolais de Sun-City en Afrique du Sud [archive], 15 mars 2002. [consulté le 6 janvier 2010]
15. ↑ Colette Braeckman, « Coups de projecteur sur Laurent-Désiré Kabila « Essai biographique sur Laurent-Désiré Kabila », Erik Kennes (en collaboration avec Munkana N'Ge) « Kabila et la révolution congolaise, panafricanisme ou néocolonialisme ? », tome 1, Ludo Martens « République démocratique du Congo, guerres sans frontières, de Joseph-Désiré Mobutu à Joseph Kabila », Olivier Lanotte » [archive], Le Soir, 9 janvier 2004
16. ↑ « La Grande Biographie Imaginaire de Laurent Désiré Kabila » [archive], La Conscience, 29 mars 2004
17. ↑ « Les demi-vérités de Mama Sifa Mahanya » [archive], Congoindependant.com, 9 juin 2006. (copie sur Afriquechos.ch [archive])